Crise des e-cigarettes : la piste de la vitamine E se confirme

Atlanta, le mercredi 13 novembre 2019 – Très rapidement après l’identification de premiers cas d’atteintes pulmonaires sévères apparemment en lien avec l’usage de la cigarette électronique aux États-Unis, les spécialistes ont évoqué la possible responsabilité de l’acétate de vitamine E, retrouvé dans certaines cartouches de e-cigarette contenant du THC et vendues au marché noir. Cette piste s’appuyait sur les résultats biologiques de certains patients et sur les conclusions des premières investigations portant sur la composition des e-liquides en cause.

L’acétate de vitamine E systématiquement retrouvé

Cette hypothèse apparaît aujourd’hui confirmée après l’analyse du liquide de lavage bronchoalvéolaire de 29 patients qui a conduit à l’identification systématique d’acétate de vitamine E. « C’est la première fois que nous détectons un produit chimique potentiellement préoccupant dans les prélèvements biologiques de patients atteints de ces lésions pulmonaires » remarquent les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains. D’autres composants suspects potentiellement présents dans les cigarettes électroniques ont également été recherchés : huiles végétales, distillats de pétrole ou encore terpènes mais aucun n’a été retrouvé dans les prélèvements des patients. Pour les CDC, « ces résultats sont la preuve directe de l’implication de la vitamine E dans ces lésions pulmonaires ». Ces travaux complètent par ailleurs les investigations de la Food and Drug Administration ayant concerné 1 000 liquides dont un grand nombre confiés par des patients hospitalisés. La majorité des produits testés contenaient du THC et 50 % de ces derniers utilisaient de l’acétate de vitamine E comme diluant. Dans les cartouches à base de THC appartenant aux patients hospitalisés, cette proportion grimpait jusqu’à 74 %. Si toutes ces données confortent des observations précédentes, les autorités américaines estiment cependant nécessaire de nouvelles investigations. Le dernier bilan des CDC recense 2 051 personnes ayant souffert d’une pneumopathie semblant en lien avec l’usage de la cigarette électronique, pneumopathies fatales pour 39 d’entre elles. Tous les états sont concernés à l’exception de l’Alaska.

Dérégulation délétère

Si la confirmation de la responsabilité de la vitamine E pourrait permettre de rassurer les utilisateurs de cigarette électronique y recourant dans le cadre d’un sevrage tabagique et conforter ceux qui vantent cette méthode comme la plus efficace actuellement, les conséquences sur ce marché demeurent probablement irréversibles, tandis que la confiance de certains patients et professionnels de santé risque d’être durablement altérée surtout aux États-Unis. La crise a en tout état de cause conduit de nombreux états et le gouvernement fédéral à imposer une stricte réglementation, alors que les dérives étaient nombreuses, comme le monde la forte activité du marché noir et la propension des adolescentes à utiliser la cigarette électronique.

Trump intervient

Les conséquences de l’épidémie sont telles que le président des États-Unis s’est exprimé à son sujet à plusieurs reprises. Dans une lettre ouverte diffusée ce lundi, il a ainsi indiqué vouloir rencontrer « les représentants de l'industrie du vapotage, avec des professionnels de la médecine et des représentants du gouvernement pour arriver à une solution acceptable au dilemme du vapotage et de la cigarette électronique ». Déjà, outre l’interdiction de la plupart des arômes (à l’exception de la menthe et du menthol qui paraissent en sursis), le gouvernement américain réfléchit à relever l’âge légal permettant l’achat de cigarette électronique de 18 à 21 ans.

Et en France…

En France, la confirmation d’un lien de plus en plus avéré entre le marché parallèle et l’épidémie de pneumopathies devrait conforter les spécialistes quant à la légitimité de rappeler que pour les anciens fumeurs, la cigarette électronique est nettement préférable à un retour à la cigarette classique, d’autant plus qu’en France, les risques liés au trafic de e-cigarette sont bien plus faibles.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • THC ?

    Le 13 novembre 2019

    Ne serait-il pas utile de définir (comme dans toute publication scientifique) ce qu'est le THC ou tout le monde est-il supposé connaitre ?

    Dr Yves Gille

  • Crise des e-cigarettes : la piste de la vitamine E se confirme

    Le 13 novembre 2019

    Un enfumage de plus (sic!) et à qui profiterait le crime ?
    La réaction trop prompte et incontrôlée des médias et souvent des institutions risque d'être néfaste.
    Comme pour la "théorie du genre" totalement inventée par pure idéologie de l'aveu de la source selon les articles du Point et de Valeurs actuelles, cette absence de recul, de distanciation et finalement de défense "immunitaire intellectuelle" collective risque de hausser l'état de fait hors de toute réparation. Comme un fait "acquis".

    Où sont les grands sages qui pourraient garantir la bonne distance face à ces erreurs ou manipulations ?
    Jadis les dirigeants prêtaient l'oreille aux autorités scientifiques et c'était pas mal.

    Dr GL Vincent

Réagir à cet article