Désert médical : un édile a la solution

Ychoux, le samedi 27 octobre 2018 – Maison de santé, incitation à l’installation…Ces différentes mesures n’auront pas permis de mettre fin à l’épineux problème des déserts médicaux.
Il aura fallu la vaillance et le courage du maire d’une petite commune des Landes pour qu’enfin le problème soit pris à bras le corps et résolu.

La retraite prochaine des deux médecins de la commune d’Ychoux et les difficultés à leur trouver un remplaçant a donné une idée géniale au maire de la ville, Marc Ducom. Il a annoncé dans la presse locale sa décision de prendre l’arrêté que le bon sens impose,  l’interdiction de souffrir d’une quelconque pathologie sur le ressort de la commune !

Néanmoins, la municipalité a lancé la construction d'un cabinet médical et a multiplié les propositions auprès de l'Ordre des médecins, des facultés de médecine, des hôpitaux de la région et de Pôle Emploi dans l’espoir qu’il soit encore permis aux habitants de tomber malade à loisir.

Malheureusement l’énarchie qui nous gouverne risque d’entraver cette décision, puisque sur les ondes de Fréquences Grands lacs, Marc Ducom prévient que le texte a toutes les chances d’être retoqué par le préfet…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (9)

  • Une autre idée utilisable sans tarder

    Le 28 octobre 2018

    Une autre solution : un décret qui décide d'envoyer les médecins conseil de l'Assurance maladie, les médecins des assurances privées, les médecins des ARS, de la DASS, bref tous les médecins qui soignent des dossiers, aller soigner des malades dans les déserts médicaux.

    Ils sont assez nombreux pour boucher les trous tout en faisant faire des économies.

    Dr JD

  • Une autre idée sans tarder

    Le 29 octobre 2018

    Excellente idée mais ecessité d'une formation complémentaire car bonjour le niveau des médecins de la sécu !

    Dr RL

  • C'est vrai

    Le 30 octobre 2018

    Vous avez raison confrère RL, j'avais oublié le niveau, parfois très bas, d'ailleurs souvent la vraie raison de leur non-installation! Mais je suis à court d'idées sur le recadrage nécessaire. Le mieux serait-il dans des villages pas encore abandonnés ?

    Dr Jean Doremieux

Voir toutes les réactions (9)

Réagir à cet article