L’absentéisme au travail progresse en France

Paris, le vendredi 2 juin 2023 — Le nombre de salariés en arrêt maladie a progressé en 2022 par rapport à 2021. Un phénomène qui touche davantage les jeunes et les cadres.

COVID-19 et variant « Omicron », désengagement professionnel, affections psychologiques… Ce sont les nouvelles causes de l’absentéisme au travail en France, qui ne fait que croître ces dernières années, selon deux études réalisées respectivement par les assureurs Malakoff Humanis et Axa.

Un arrêt maladie pour 44 % des salariés en 2022

Selon le « Datascope » d’Axa publié fin mai, 44 % des 3 millions de salariés analysés ont été en arrêt de travail au moins une fois en 2022.

L’année dernière a effectivement été marquée par un absentéisme au moins aussi fort que les années « Covid », 2020 et 2021. Même si l’épidémie n’était pas aussi forte en 2022 qu’en 2020, elle a tout de même causé de nombreux arrêts, le responsable étant plus spécifiquement le variant Omicron. Cependant, d’autres causes sont à trouver du côté du « désengagement professionnel » et des fragilités psychologiques, ces dernières ayant occasionné environ 22 % des arrêts de travail de longue durée en 2022. Un phénomène « d’autant plus inquiétant qu’il touche de plus en plus de jeunes salariés », relèvent les analystes d’Axa.

En effet, et c’est plus étonnant : les jeunes et les cadres — une population habituellement peu absente — sont particulièrement touchés. Le taux d’absentéisme des moins de 30 ans a ainsi augmenté de 50 % entre 2019 et 2022 et de plus de chez 40 % chez les « managers », selon l’assureur français.

Pour Laurent Cappelletti, docteur en sciences de gestion, cité par nos confrères du Figaro, « l’absentéisme témoigne en grande partie des dysfonctionnements managériaux qui minent la qualité de vie au travail ». Mais, outre les conditions de travail physiques et psychologiques, les causes de l’absentéisme sont aussi à chercher du côté de « l’organisation du travail, [des] perspectives de carrière… ». Les questions liées au « sens » que l’on donne à sa propre activité professionnelle jouent aussi, sans doute, un rôle significatif dans le nouvel absentéisme des jeunes.

Un coût financier significatif

Si les causes de cet absentéisme ne sont pas à négliger, ses conséquences sont tout aussi importantes sur les organisations et la société : perte de productivité, stress pour les salariés remplaçant les absents, dégradation du climat social, détérioration de la qualité de service…

Mais ce phénomène a aussi un coût : pour Axa, il s’élèverait à 4,4 % de la masse salariale en 2022 — 0,5 point de plus qu’en 2021. Cependant, l’assureur précise que ce poids financier « ne tient ni compte de la perte de productivité ni de la désorganisation des équipes ».

Pour l’heure, selon le Baromètre Malakoff Humanis, les deux principales actions menées par les entreprises sont la mise en place de tableaux de bord des absences et de dispositifs de contrôle médical. Des outils de surveillance, en somme, alors que de nombreux médecins du travail estiment que la prévention devrait jouer un rôle beaucoup plus important « pour déceler d’éventuels problèmes » liés à l’activité des salariés.

De son côté, Axa ne se montre pas particulièrement optimiste pour l’année 2023. Si l’assureur anticipe effectivement une baisse cette année par rapport à 2022, « le taux d’absentéisme et le pourcentage de salariés absents au moins un jour sont attendus à des niveaux bien supérieurs à ceux de 2019 », fait remarquer l’assureur.

Raphaël Lichten

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (3)

  • Absentéisme

    Le 03 juin 2023

    Toutes les explications données sont valables ; il faudrait aussi comparer avec l'absentéisme chez les "fonctionnaires" et expliquer pourquoi chez les fonctionnaires l'absentéisme est plus élevé !

    Pr D.Baudon

  • Terme impropre

    Le 03 juin 2023

    Le terme absentéisme désigne des absences injustifiées et répétées. Les congés-maladies, congés-payés, congés de proche aidant et autres absences encadrées par le contrat de travail, ne sont pas considérées comme de l’absentéisme...

    M Labertoniere, pharmacien

  • Le très court absentéisme...

    Le 05 juin 2023

    ... officiellement invoqué au téléphone dans certaines collectivités locales (régions, municipalités) pour ne pas vous passer quelqu'un est bien souvent mensonger. Le bien connu "il est en rdv extérieur" ou "en réunion", se transforme parfois en "il est en vacances" si on rappelle. Une lanceuse d'alerte, sidérée par le laissez aller dans son administration, avait sorti un excellent livre intitulé "Absolument dé-bor-dée !".La pauvre a fait l'objet de représailles, car la protection des lanceurs d'alerte n'avait pas encore été mise dans la Loi.

    Maignan Pharmacien

Réagir à cet article