Le diagnostic de monsieur Trump

Donald Trump vu par le bien nommé Mad Magazine

Washington le samedi 11 février 2017 - Ce pourrait être une aventure apocryphe de Jo, Zette et Jocko*, mais le diagnostic de monsieur Trump, c’est plutôt la maladie mentale que des psychiatres américains prétendent avoir diagnostiqué (sans l’avoir examiné…) chez le nouveau locataire de la maison blanche !

Narcissisme malveillant

John Gartner,  un professeur de psychiatrie à la prestigieuse Université John Hopkins du Maryland a ainsi lancé une pétition demandant la destitution du nouveau président en expliquant :  « Donald Trump manifeste une maladie mentale sérieuse qui le rend psychologiquement incapable d’être compétent pour remplir les fonctions de président des Etats-Unis », selon lui, il serait atteint de « narcissisme malfaisant » (une nosologie qui ne fait pas consensus), défini comme une personnalité antisociale, paranoïaque et narcissique. Ce syndrome a été décrit pour la première fois par Erich Fromm un psychanalyste ayant fui l'Allemagne hitlérienne, afin d'expliquer la psychologie d'Adolf Hitler !
Interrogé par Sciences et Avenir,  le Pr Gartner explique que pour Trump « toute personne qui n'est pas d'accord avec lui est soupçonnée de complot (…) il croit en toutes sortes de théories complètement folles. La façon dont il s'attaque aux sciences ou à la presse relève de la paranoïa ». 

Au total, la pétition a déjà recueilli prés de 20 000 signatures. Si le cap des 25 000 est franchi, le médecin estime qu’il aura du poids pour réclamer l’application de l'alinéa 3 du 25e amendement de la Constitution, qui prévoit que le président des Etats-Unis « peut faire connaître par écrit son incapacité d'exercer le pouvoir et de remplir ses devoirs » au président du Sénat et au président de la Chambre des représentants.

Unanimement fou ?

Fin 2016, trois professeurs de psychiatrie avait déjà écrit au président Obama pour lui demander que Donald Trump soit soumis à une expertise psychiatrique en exprimant leur « grande inquiétude » concernant « l'impulsivité, l'hypersensibilité à la critique et l'apparente incapacité à distinguer les fantasmes de la réalité » du nouveau président.

Aussi, un groupe de psychiatres et psychologues s'était monté sous le nom  de « Citizen Therapists Against Trumpism » qui identifiait une psychose mégalomaniaque chez Donald Trump après qu’il ait déclaré qu’il serait « le plus grand créateur d’emplois que dieu n’ait jamais créé » !

Une position contraire à l’éthique ?

Dans ce contexte, la présidente de l'association américaine de psychiatrie a publié un communiqué pour condamner cette pratique de diagnostic à distance, pouvant éroder « la confiance du public en la psychiatrie ».

Cette problématique avait en effet déjà fait débat pendant l'élection présidentielle de 1964, lorsqu'un magazine avait demandé à des milliers de psychiatres si le candidat républicain Barry Goldwater était psychologiquement apte à être président. Plus de mille psychiatres avaient déclaré qu'il en serait incapable et Goldwater avait par la suite gagné un procès en diffamation.

A la suite de cet incident, le manuel d'éthique de l'association américaine de psychiatrie avait d'ailleurs été complété avec les règles suivantes :
« Il arrive qu'on demande aux psychiatres leur opinion concernant une personnalité publique et médiatique. Dans ces circonstances, un psychiatre peut partager son expertise sur des questions psychiatriques générales. Mais il n'est par contre pas éthique pour un psychiatre de donner une opinion professionnelle sans avoir examiné la personne en question et sans avoir obtenu l'autorisation de diffuser tout commentaire ».

*Les aventures de Jo, Zette et Jocko, Le testament de monsieur Pump, Hergé

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Donald Trump, John Gartner et Erich Fromm

    Le 11 février 2017

    John Gartner est un psychologue, Ph.D., qui, comme le sociologue, Ph.D. Erich Fromm avant lui, de ce qu’on appelle des borderline personalities. Tout les deux sont de "Fake News".
    Il faut arrêter de taper sur Trump, ça suffit !
    Hillary Clinton aurait été bien pire.

    Dr Sami-Victor Elias

  • Mad Magazine

    Le 11 février 2017

    Mad Magazine, est un vieux magazine satirique, que j’ai lu ou acheté maintes fois quant j’étais jeune. Sa politique au début était de gauche, et au fils des années, un virage graduel vers l’extrême gauche, au sens américain; trop gauche pour le gout de l’américain moyen.
    La circulation était plus d’un million au début des années soixante ; montée à plus de deux millions pendant la guerre de Vietnam. Après la guerre, une chute graduelle de la circulation : 133.924 en 2016. Avec les articles comme ça, la circulation va encore chuter, car les gens aux USA sont fatigués par la mainstream media qui est essentiellement de gauche.
    Le psychologue John Gartner qui a écrit son évaluation sur Trump, est connu pour être un "darling" de mainstream media aux USA.

    Dr Sami-Victor Elias

  • La santé psychique de nos dirigeants

    Le 12 février 2017

    Je pense qu'une bonne moitié de nos dirigeants au plus haut niveau est ce que le public appelle communément à classer parmi les "fous". L'histoire nous renseigne sur l'histoire de nos princes, et la constatation est la même.
    La perception du public est là exacte, nonobstant la réserve de bon aloi que l'on souhaite de la part des psychiatres. Il ne faut pas se voiler la face.

    Dr Virgile Woringer

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article