Lien prétendu entre vaccination et autisme : une action collective en préparation

Paris, le lundi 24 juillet 2017 – Beaucoup ont prévenu le gouvernement : l’annonce de l’extension de l’obligation vaccinale à onze vaccins recommandés aux nourrissons devrait intensifier la croisade des opposants à la vaccination. Déjà, de fait, des actions se préparent. Le Parisien révèle en effet qu’un collectif comptant une centaine de familles pourrait lancer à la rentrée une action de groupe contre plusieurs laboratoires pharmaceutiques : Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline. Ces parents prétendent que les vaccins commercialisés par ces différentes firmes et qui contenaient du thiomersal (ce composé a disparu des vaccins depuis la fin des années 90) sont à l’origine des troubles autistiques développés par leurs enfants. Ce groupe est emmené par Martine Ferguson-André, membre de la commission de santé Europe Ecologie les Verts convaincue que la recrudescence de l’autisme (toute relative puisque récemment, à la faveur notamment de définitions changeantes,  le nombre de nouveaux diagnostics a reculé dans certains pays) est liée à la vaccination. Cette dernière n’hésite pas d’ailleurs pour servir son propos à organiser des projections du scandaleux film Vaxxed réalisé par André Wakefield, ancien scientifique britannique, dont la publication suggérant un lien entre autisme et vaccin ROR était une escroquerie démontrée. La récente jurisprudence européenne qui tend à reconnaître que les vaccins pourront être considérés comme responsables du développement de certaines pathologies, même en l’absence de preuve scientifique claire pourrait peser d’une manière importante sur ce type d’action collective, confirmant son caractère dommageable pour la santé publique.

Une substance bannie en dépit de preuves de sa toxicité

Rappelons que le thiomersal est un composé renfermant du mercure qui a été utilisé dès les années 1930 pour « prévenir toute prolifération bactérienne et fongique dans certains vaccins en cours de stockage » comme le rappelle l’Organisation mondiale de santé (OMS). Aucun des travaux sérieux conduits sur le sujet n’a permis de mettre en évidence un quelconque danger associé au thiomersal, et en particulier aucun lien entre ce produit et différents troubles neurologiques n’a été retrouvé. Néanmoins, pour répondre à l’inquiétude des populations, un grand nombre de pays et notamment l’Union européenne ont fortement enjoint depuis la fin des années 90 les fabricants à se passer de cette substance ; ce qui n’empêche pas aujourd’hui les plus ardents opposants aux vaccins de se souvenir d’elle, opposants qui pourraient bien mettre en avant que son interdiction est un aveu indirect du risque encouru !

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (28)

  • Vérifiez vos sources au lieu de dénigrer !

    Le 25 juillet 2017

    8.000 nouveaux cas d'autisme annuels en France pour 780.000 naissances soit +1% contre 1 pour 10.000 dans les années 70/80. De quoi s'interroger, non, quand les nouveau-nés sont diagnostiqués vers 2 ans alors qu'ils n'ont fait que boire du lait et prendre une avalanche de vaccins... Depuis la mise en place du calendrier vaccinal américain en 1992 en Géorgie (ex-URSS): HB quelques heures après la naissance, BCG à 5 jours, Hexa+Pneumo+Rota à 2 et 3 mois.... on assiste à une explosion des cas d'autisme inconnue sous l'ère soviétique qui ne vaccinait pas, principalement dans les quartiers bourgeois de Tbilissi qui avaient les moyens de payer... Voir aussi la jurisprudence italienne riche en condamnations de l'Etat pour autisme lié aux vaccins (ROR, Infanrix Hexa....) grâce à une justice et des experts indépendants, bâillonnés chez nous.
    Si le thiomersal (49% de Hg) a disparu des vaccins, il n'en demeure pas moins qu'il reste des traces de mercure dans tous les vaccins car les dérivés mercuriels sont toujours utilisés dans le process de fabrication (confirmé par un labo allemand d'analyse de l'environnement pour 16 vaccins courants analysés le 30.1.2017). Le mercure est le métal le plus toxique qui soit, même à des doses infimes, le problème est que les labos n'ont pas obligation de mentionner ces traces dans les ingrédients des vaccins. Andy Wakefield n'est pas l'escroc décrit mais tout au contraire un homme admirable, courageux, honnête et humaniste comme peu le sont. Toute cette cabale a été montée de toutes pièces par le lobby GSK/James Murdoch (fils de Rupert) patron du Sunday Times et membre du CA de Glaxo, payé 98.000 pounds et son subordonné journaliste Brian Deer alors que Wakefield avait osé dénoncer les effets collatéraux du vaccin MMR et qu'il préconisait à cet âge le monovalent à la place; un crime contre le programme MMR ! Et les autorités qui ont répondu en supprimant les 3 monovalents.... D'ailleurs la Haute Cour de Justice britannique a ensuite réhabilité toute son équipe, y compris les Prs Murch et Smith, mais de cela pas un mot dans les médias.... Elle a même dénoncé la sentence abusive de l'Ordre britannique...Prenez la peine de visionner le film VAXXED plutôt que d'assassiner sans savoir.
    Enfin l'obligation à 11 vaccins, c'est 10,8 mg de sels d'aluminium injectés, soit 3,835 mg d'aluminium en 8 injections aux nouveau-nés entre 2 et 12 mois. Dément ! Quand on sait que la norme maximale pour 1 litre de soluté à perfuser est de 0,025 mg....
    J'oubliais, la toxicité du Thiomersal n'est plus à démontrer, revoyez les travaux entre autres du Pr Boyd Haley qui a démontré son action nocive sur les métalloprotéinases matricielles et le collagène tout en favorisant l'angiogenèse des cellules cancéreuses...et bien sûr l'autisme !

    Serge Rader

  • Les mensonges ont les jambes courtes

    Le 26 juillet 2017

    5 scientifiques chinois ont publié sur la relation Thiomersal et autisme en Mars 2014; 5 autres de Harvard aussi, etc... nombreux autres. Ainsi que pour l'aluminium.

    Un vieux proverbe italien dit que les mensonges ont les jambes courtes. A terme le résultat sera un discrédit total de la Médecine Académique !...

    Serge Rader

  • Re-vérifiez vos sources M Rader

    Le 26 juillet 2017

    Merci M Rader pour cette intervention sur la vaccination.
    J'ai en effet vérifié vos sources concernant cet article. Et, je ne les trouve pas ! Pourriez-vous les indiquer s'il vous plait.

    Quand je reprends votre fréquence sur les cas d'autisme en France, on retrouve en effet 8000 cas d'autisme annuel. Le site autisme.fr nous donne bien cette fréquence mais il ne semble pas indiquer une augmentation de la fréquence statistiquement fiable. N'oublions pas que depuis les années 70, les médecins ont fait des progrès sur le diagnostic précoce de ces maladies (se référer au site pour plus d'info).

    Pour Tbilissi, j'ai juste retrouvé une conférence sur l'autisme. En effet ce pays semble maintenant se préoccuper du sort de ses malades (les effets positifs de la chute de l'URSS).

    Concernant le procès en Italie, en effet le juge a opté pour un lien entre le vaccin et l'apparition de la maladie. Les experts ont parlé d'une corrélation (cf cours de statistique). Un juge n'a pas valeur d'expert scientifique. D'ailleurs ce jugement ne vaut pas jurisprudence. Durant cette période, les experts citent 2 cas d'autisme sur 1 million d'enfants vaccinés. Je vous ramène à votre fréquence citée plus haut (8000 cas pour 780 000 naissances). Je vous laisse lire l'article suivant qui lui contient des références https://actualite.housseniawriting.com/sante/2015/03/26/vaccin-autisme-italie/2806/ .

    Je ne cherche pas vous convaincre sur les effets positifs de la vaccination. Vous êtes un antivax croyant avec ferveur aux effets non bénéfiques de la vaccination.
    Je veux juste faire remarquer à ceux qui pourrait lire votre commentaire, que votre diatribe pseudo-scientifique est pauvre.

    En résumé, pour les gens soucieux de leur santé, avant de croire, renseignez-vous pour comprendre. Ne faites pas confiance à ce que vous pouvez lire sur internet. Tout article scientifique doit être lié à des références, facilement consultables et critiquables.

    Cyril R.

Voir toutes les réactions (28)

Réagir à cet article