Paiement des entretiens pharmaceutiques : victoire des officinaux

Paris, le vendredi 17 octobre 2019 – L’histoire du règlement des entretiens pharmaceutiques a été égrenée de bugs divers liés en particulier à des difficultés de saisies des données sur AmeliPro.

C’est une victoire attendue de longue date qu’a obtenue cette semaine les organisations représentatives des officinaux. 

Elles sont parvenues à convaincre l’Assurance maladie de mettre fin à la rémunération des entretiens AVK, AOD, asthme, des bilans partagés de médication et des futurs entretiens d’accompagnement des patients sous chimiothérapie orale par le biais de la ROSP.

Ainsi, désormais, tous les entretiens pharmaceutiques seront réglés par l’assurance maladie au fur et à mesure et les pharmaciens n’auront plus à attendre un an pour être payé qui plus est souvent avec des erreurs.

En pratique, comme pour la dispensation des médicaments, ils seront payés quatre jours après l’envoi de la facture et chaque catégorie d’entretien sera dotée d’un code traceur qui permettra d’identifier l’acte. La saisie des données des BPM et des entretiens pharmaceutiques ne sera donc plus réalisée sur la plateforme AmeliPro.

Selon les plus optimistes, ce nouveau système pourrait entrer en vigueur dès le début de l’année prochaine.

Reste qu’une modification est nécessaire pour une telle évolution et un amendement devra être déposé au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) par le gouvernement.

Sur le plan plus technique, il faudra créer les codes de ces actes.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Commerce

    Le 18 octobre 2019

    Si les pharmaciens sont rémunérés pour leurs conseils médicaux, pourquoi ne pas rémunérer les médecins pour leurs conseils pharmaceutiques ?

    Dr Bernard Albouy

  • Formidable

    Le 18 octobre 2019

    J'espère que ce n'est qu'un début et que l'assurance maladie pourra bientôt dédommager comme il se doit les entretien d'accompagnement à la délivrance de paracetamol, l'entretien d'aide au choix de complément alimentaire, l'aide au passage au dessus du comptoir des bouteilles de fortimel, etc.

    Et puis quand les médecins auront disparu faudra bien que l'assurance maladie paye les pharmaciens et les sages femmes pour faire notre boulot, autant s'y habituer des maintenant.

    AB

  • Entretien et consultation

    Le 20 octobre 2019

    Nous sommes passés de l'ère des médecins propharmaciens des années 60 (je l'ai fait quatre mois dans un désert pharmaceutique) aux pharmaciens d'officine, tentés de vendre leur parapharmacie ou leurs plantes médicinales (certaines incompatibles avec certains médicaments) prenant le risque de contredire le médecin dans un entretien.

    Les premiers cherchaient l'économie en ouvrant des boites de 30 pour donner 10 comprimés si cela suffisait. Les seconds ont l'ambition contraire comme le montrent les armoires à pharmacie des domiciles.

    Dr JD

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article