Quand l’hydroxychloroquine rend fou

Paris, le mardi 17 novembre 2020 – Les auteurs d’une étude démontrant l’inefficacité de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19 ont reçu des menaces de morts sur les réseaux sociaux. Un évènement malheureusement loin d’être isolée.

Rarement un débat scientifique aura autant déclenché de polémiques et déchainé les passions.

Depuis que le Pr Didier Raoult a annoncé en février dernier que l’hydroxychloroquine était le médicament le plus efficace pour lutter contre la Covid-19 (et le seul), le débat a largement dépassé la sphère scientifique. Il semble qu’un véritable culte se soit développé autour du professeur Raoult, présenté par ses partisans comme un héros et un résistant dans la lutte contre Big Pharma. Et les adeptes de l’hydroxychloroquine (HCQ) tolèrent mal que l’on remette en cause leurs croyances.

Menaces de mort sur Facebook

Une réalité qu’ont découverte à leurs dépens des chercheurs français et suisses, auteurs d’une étude sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19. Dans cette méta-analyse publiée le 26 août dernier dans le Lancet Infectious Diseases , les auteurs ont soumis à une métaanalyse les effets de l’hydroxychloroquine sur des malades atteints du Covid-19, selon que ces patients étaient également traités ou non avec de l’azithromycine. Ils ont conclu que l’hydroxychloroquine seul n’avait que peu d’effet sur le taux de mortalité tandis que la combinaison de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine conduirait à une augmentation de la mortalité.

En osant remettre en cause l’efficacité de l’HCQ, T Fiolet et coll. ont déclenché la colère de ses adeptes. Outre de véhémentes critiques émises par certains médecins et chercheurs français (y compris sur le JIM après la publication d’une analyse de cet article) confinant parfois à la désinformation, les auteurs de cette métaanalyse ont surtout été victimes d’un harcèlement en ligne particulièrement violent. Sur des groupes Facebook regroupant plusieurs milliers de partisans du professeur Raoult, Fiolet et coll. ont été insultés (avec parfois des relents xénophobes) et menacés de mort, les membres de ces groupes n’hésitant pas à partager les adresses et les numéros de téléphone des auteurs. Ces derniers disent d’ailleurs avoir reçu des appels anonymes extrêmement menaçants.

Un chercheur brésilien sous protection policière

Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’une étude sur la chloroquine déclenche ce genre de réactions. Le 24 avril dernier, le professeur Marcus Lacerda de l’université de Brasilia avait publié dans le JAMA une étude concluant à l’inefficacité de la chloroquine pour diminuer la mortalité des patients atteints de Covid-19. « La seule conclusion possible est que ce médicament, quand il est utilisé à haute dose, est dangereux » pouvait-on lire dans sa publication.

Après avoir été publiquement insulté par le président brésilien Jair Bolsonaro, le médecin brésilien avait été menacé de mort, ce qui a nécessité son placement sous protection policière. Une enquête judiciaire a même été diligentée à son encontre. « Quand nous avons annoncé que nous allions faire une étude sur la chloroquine, nous avons été présentés comme des héros au Brésil, mais quand le résultat est tombé, l’ambiance a changé » regrette le professeur Lacerda.

Des menaces de mort qui visent évidemment à intimider les chercheurs et à faire taire ces « avis dissidents » afin que les partisans de la chloroquine puissent occuper seuls le champ médiatique. Il va sans dire que ces comportements doivent être dénoncés et combattus avec fermeté afin de préserver l’intégrité du débat scientifique, particulièrement nécessaire en ces temps de pandémie. « Seule la science peut nous sauver de cette pandémie, s’il vous plait, laissez les scientifiques faire leur travail ! » conclut la société de virologie brésilienne.

Quentin Haroche

Référence
Nathan Peiffer-Smadja et coll. Hydroxychloroquine and COVID-19: a tale of populism and obscurantism. Lancet Infect Dis 2020, publication avancée en ligne le 13 novembre.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (6)

  • Raison de plus pour sanctionner durement

    Le 17 novembre 2020

    Tous ces obscurantistes haineux, et leur prophète le premier, ainsi que les "journalistes" félons qui font sa promotion, ainsi que les rédactions et propriétaires de ces médias prostitués aux annonceurs qui relaient à grande échelle les contre-vérités, induisent la défiance vis-à-vis de mesures-barrières par leurs polémiques tendancieuses, par pur intérêt audimatesque, et finalement favorisent la diffusion de la covid. Le droit de parole n'est pas le droit de mentir, le révisionniste scientifique est aussi dangereux que l'historique, ça existe et ça doit être durement sanctionné.

    Dr Pierre Baque

  • Chagement de paradigme

    Le 18 novembre 2020

    Jadis, les scientifiques, devenus des "sachants", nous dictaient notre conduite après des expérimentations dont ils étaient les seuls à connaitre les règles puisqu'ils les avaient fixées eux-mêmes (conflit d'intérêt évident). Maintenant ce sont les réseaux sociaux qui ont la vérité (puisqu'ils ont toutes les vérités même alternatives*).

    La "foulologie" (si, si çà existe et c'est même sérieux) pourrait leur donner raison. Maintenant les "malades qui nous gouvernent" seront les (im)patients.

    * voir l'effet Mandela et la vérité quantique

    Dr Robert Chevalot

  • Pauvre hydroxychloroquine !

    Le 18 novembre 2020

    L'HCQ ne rend pas fou (bien sur) : L'exploitation qui en a été fait, par contre, c'est moins sûr
    L'HCQ n'intéresse presque plus personne dans l'indication que nous savons : PAR CONTRE, elle est devenue le flambeau ou plûtot la pique de certains : Mais combien ?

    Il semble évident que les réactions et le climat rapportées par Q Haroche n'ont rien à voir avec l'HCQ et qu'ils existaient AVANT le 1/1/2020 et qu'ils existeront APRES le ??/??/20??

    Le TERREAU " Jaunisant " était la : suffisait de semer, arroser et juste laisser pousser, puis laisser croitre (et embellir???) : Auto-reproduction assurée, Contagiosité maximale.

    Des défricheurs ?

    Reste à citer la métaanalyse de Thibault Fiolet et collaborateurs évoquée pour que chacun puisse la consulter :

    Fiolet T, Guihur A, Rebeaud ME et coll . Effect of hydroxychloroquine with or without azithromycin on the mortality of coronavirus disease 2019 (COVID-19) patients: a systematic review and meta-analysis . Clin Microbiol Infect. Aug 26 2020;S1198-743X(20)30505-X. doi:10.1016/j.cmi.2020.08.022

    Puis sa réponse documentée aux critiques reçues :
    Fiolet T, Guihur A, Rebeaud ME et coll . Effect of hydroxychloroquine with or without azithromycin on the mortality of COVID-19 patients: authors' response. Clin Microbiol Infect. 2020 Oct 17:S1198-743X(20)30613-3. doi: 10.1016/j.cmi.2020.10.002

    Et oui, c'est plus astreignant et chronophage que de Liker ou Tweeter : la rigueur reste probablement le prix de la Liberté.

    Dr JP Bonnet

Voir toutes les réactions (6)

Réagir à cet article