Rappel de plusieurs lots de lait maternisé : des milliers de familles dans l’inquiétude

Paris, le lundi 4 décembre 2017 – Bien que fréquentes, les gastro-entérites chez les nourrissons, notamment quand elles sont sévères ou qu’elles présentent un profil atypique, sont l’objet d’une surveillance très rigoureuse. Ainsi, des prélèvements de selles sont fréquemment réalisés et analysés par le centre de référence, à l’Institut Pasteur. Ces dernières semaines, les experts de ce dernier ont isolé une salmonellose (Salmonella sérotype agona), chez plusieurs enfants (avec un premier cas identifié en août et le dernier fin novembre). Une source commune a alors été recherchée : il a pu être mis en évidence que treize enfants sur les vingt cas suspects avaient été nourris avec des laits infantiles fabriqués au sein de la même usine Lactalis en Mayenne. Les investigations se poursuivent en ce qui concerne les autres enfants. Vendredi soir l’alerte a été donnée.

Des enfants en bonne santé, en dépit de plusieurs hospitalisations

Les professionnels de santé (pharmaciens, médecins et centres d’accueil des jeunes enfants) ont d’abord été informés des laits potentiellement touchés par cette contamination et des mesures à mettre en œuvre. Le grand public a pour sa part été alerté samedi soir, avant que dimanche matin un numéro vert soit mis en place par l’entreprise (avant peut-être un dispositif géré par les pouvoirs publics). Toute la France est impactée et douze lots, qui sont pour sept d’entre eux des produits sans lactose recommandés aux enfants intolérants aux protéines de lait de vache, sont concernés par le retrait. Non seulement les lots sont retirés des magasins, mais les familles sont également fortement invitées à ne pas faire consommer les boîtes (même si elles n’ont pas été ouvertes). Pour les quatorze enfants pour lesquels la Direction générale de la Santé (DGS) dispose d’informations, les nouvelles sont parfaitement rassurantes : les bébés se portent bien, même si certains ont dû être très brièvement hospitalisés. Des analyses se poursuivent notamment au sein de l’usine Lactalis, qui assure n’avoir jamais été frappée par un incident d’une telle ampleur. Les premières investigations permettraient de suspecter une contamination des tours de séchage.

Inquiétudes et recommandations

Les familles, interrogées dans les médias, se montrent souvent très inquiètes de ce rappel, la sécurité de l’alimentation infantile étant un sujet hautement sensible. Certains se souviennent ainsi de la crise du lait frelaté en Chine ou encore du rappel en 2005 de millions de litres de lait maternisé du marché Italien en raison de la présence d’une substance (résidu d’encre) considérée comme toxique par les autorités. Alors que la peur des contaminations est prégnante chez de nombreux parents, cette affaire vient renforcer un sentiment de défiance.

Cependant, les autorités tentent de multiplier les messages rassurants en insistant sur le contrôle de la situation. Par ailleurs, la Société française de pédiatrie a émis des recommandations spécifiques pour les enfants intolérants aux protéines de lait de vache, afin qu’ils puissent trouver facilement des alternatives aux laits Picot SL et Pepti Junior sans lactose concernés par le rappel.

Les 12 lots concernés sont, à ce jour :

•    Lait Picot SL sans lactose, 1er âge 350g :

   LOT : 17C0012344 - DLUO 15/02/2019
   LOT : 17C0012877 - DLUO 01/06/2019
   LOT : 17C0013216 - DLUO 18/09/2019
   LOT : 17C0013549 - DLUO 29/09/2019

•    Lait Pepti Junior sans lactose, 1er âge 460g  :

   LOT : 17C0012512 - DLUO 14/09/2018
   LOT : 17C0012856 - DLUO 01/12/2018
   LOT : 17C0013179 - DLUO 01/02/2019

•    Lait Milumel, Bio 1er âge 900g, sans huile de palme :

   LOT 17C0012592 – Date de durabilité minimale : 03/04/2018
   LOT 17C0012845 – Date de durabilité minimale : 22/05/2018
   LOT 17C0012848 – Date de durabilité minimale : 26/08/2018
   LOT 17C0012960 – Date de durabilité minimale : 12/09/2018
   LOT 17C0013084 – Date de durabilité minimale : 13/10/2018

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Dénomination des préparations pour nourrissons

    Le 04 décembre 2017

    J'aimerais porter à votre attention le fait que l'emploi des termes « humanisé », « maternisé », « adapté » ou de termes similaires est interdit sur l'étiquetage des préparations pour nourrissons et des préparations de suite depuis 1998 au moins.

    Un arrêté du 11 avril 2008 relatif aux préparations pour nourrissons et aux préparations de suite et modifiant l'arrêté du 20 septembre 2000 relatif aux aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales, article 16

    1. L'emploi des termes « humanisé », « maternisé », « adapté » ou de termes similaires est interdit sur l'étiquetage des préparations pour nourrissons et des préparations de suite.
    2. L'étiquetage des préparations pour nourrissons ne peut comporter aucune représentation de nourrissons ni d'autres représentations ou textes de nature à idéaliser l'utilisation du produit. Il peut cependant comporter des représentations graphiques facilitant l'identification du produit et illustrant les méthodes de préparation.
    3. L'étiquetage des préparations pour nourrissons ne peut comporter des allégations nutritionnelles et de santé que dans les cas énumérés à l'annexe IV et conformément aux conditions qui y sont fixées.

    Merci de faire passer le message, car ce terme devrait définitivement disparaître non seulement de l’étiquetage, aussi du langage courant pour initier un changement de paradigme.
    Le lait artificiel, c’est du lait de vache transformé, rien de « maternel » ni humain là-dedans.
    La société change quand le langage change (plus de propos inexacts, de propos dévalorisant, de propos induisant en erreur…).

    Carole Hervé

  • Choquée par le terme méternisé

    Le 04 décembre 2017

    Je suis extrêmement choqué par l'emploi du terme "maternisé" qui est interdit par la loi depuis déjà 20 ans ! Cela montre bien le peu de connaissance de l'allaitement par le corps médical !

    Isabelle Stefan-Robert

  • Lait artificiel

    Le 04 décembre 2017

    Bonjour,
    merci de bien vouloir respecter l'interdiction vieille de plus de 20 ans sur la dénomination du lait artificiel nommé maternisé. Aucun processus industriel ne peut remplacer le lait maternel, ce lait de vache reste du lait artificiel pour un nourrisson humain. Il s'agit donc d'une ancienne habitude à bannir!

    I. Roelens, sage-femme

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article