JIM d'Or 2013

Cuisine moléculaire et recettes de cuisine

Une fois que notre rédaction a accompli son devoir rituel, qui coïncide avec la saison des vœux, attribuer dans chaque discipline un JIM d'Or à l'article qui, selon elle, a marqué l'année médicale, il nous reste une tâche délicate. Tenter, comme les années précédentes (voir JIM d’Or 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012), de distinguer des fils conducteurs entre les nombreuses publications sélectionnées.

Pour 2013, il nous semble, à y regarder de près, que dans le patchwork de notre palmarès, il est possible (avec un peu d'imagination !) de distinguer deux types de préparations, la cuisine moléculaire et les recettes de cuisine.

La cuisine moléculaire est à l'avant scène. Avec les JIM d'Or qui doivent tout aux progrès de la biologie ou de la technologie (JIM d'Or d'Anatomopathologie, de Biologie, de Cardiologie, de Cas clinique, de Gastro-Entérologie, de Génétique, d'Hématologie, d'Imagerie, de Maladie rares, de Médecine interne, de Néphrologie, de Neurologie, d'Ophtalmologie, sans oublier notre JIM d'Or des JIM d'Or.   
Mais, malgré cet envahissement inéluctable (et souhaitable !) du champ de la médecine par les applications cliniques des recherches biologiques ou des avancées technologiques, il reste encore une large place pour des "recettes de cuisine", nous voulons dire par là pour des publications seulement fondées sur l'étude rigoureuse et critique de phénomènes simples ou sur l'avatar moderne de l'observation, l'épidémiologie. Il en est ainsi des JIM d'Or d'Allergologie, d'Anesthésie-Réanimation, de Chirurgie, de Dermatologie, d'Endocrinologie, d’Épidémiologie, de Gériatrie, de Gynécologie, d'Infectiologie, de Médecine générale, de Médecine sans frontière, de Nutrition, d'ORL, de Pédiatrie, de Pharmacie, de Pneumologie, de Rhumatologie, de Santé publique, de Soins infirmiers et d'Urologie.

C'est toujours et encore ces deux cuisines, ces deux mouvements, en apparence seulement contradictoires, l'une qui impose le recours à des techniques sophistiquées et l'autre qui repose sur l'expérience et l'observation, qui font le menu de notre médecine d'aujourd'hui.