Jim d'Or 2004

Comme chaque année depuis 1990, les débats ont été longs, et parfois passionnés, au sein de la rédaction pour désigner, dans chaque discipline, les articles les plus marquants ou les plus innovants publiés sur Jim au cours de l'année écoulée.
(voir Jim d'Or 2001 , 2002 et 2003 )

Cette plongée dans les quelques 2000 études qui ont fait le Jim en 2004 aboutit à une sélection, qui malgré son caractère subjectif, reflète finalement bien l'évolution de la médecine dans le monde.

2004 aura été marqué par beaucoup de remises en question et d'études négatives. Certaines d'entre elles nous ont paru suffisamment majeures pour justifier un Jim d'Or. Il en est ainsi des articles que nous avons couronné en Allergologie, sur les risques des bêta-2 mimétiques, en Réanimation, sur l'inefficacité des corticoïdes dans les trauma crâniens, en Cancérologie, sur les risques imprévus du dépistage systématique du cancer du sein, en Gynécologie sur la réévaluation des indications du dépistage de la trisomie 21, en ORL, sur l'absence d'intérêt de l'ablation des végétations dans les otites récidivantes, en Gériatrie, sur les dangers réels de l'aspirine à faible dose, en Santé publique, sur les effets potentiellement délétères de suppléments vitaminiques à fortes doses, et plus généralement en Médecine générale sur l'œil critique qu'il convient toujours de garder sur la qualité des essais en double aveugle. D'autres travaux négatifs auraient mérité de figurer dans ce palmarès, comme par exemple la remise en cause de l'intérêt de l'ibuprofène dans la prévention de la persistance du canal artériel, de l'oxygène pur en réanimation néonatale, des IEC dans la prise en charge des coronariens stables ou encore de l'opportunité du dépistage du cancer de la prostate.

Heureusement quelques progrès ont émergé de cette littérature du doute. Une confirmation tout d'abord avec le Jim d'Or de Cardiologie qui célèbre la stimulation bi-ventriculaire dans le traitement de l'insuffisance cardiaque avec QRS large. Mais aussi quelques réelles nouveautés épidémiologiques, thérapeutiques ou diagnostiques notamment en matière de cancer (Jim d'Or de Gastro-entéologie, de Dermatologie, d'Hématologie, d'Imagerie, et surtout de Pneumologie).

Quant au Jim d'Or des Jim d'Or, nous l'avons finalement décerné au travail d'Alexandrov et coll. qui nous a semblé être le plus novateur. Pour la première fois il démontre en effet l'intérêt thérapeutique en neurologie-vasculaire de l'utilisation d'ultrasons délivrés par de simples appareils d'échographie-doppler