Lésions articulaires : la solution sous votre nez ?

Le cartilage articulaire est peu habilité à l'autoréparation. Même les petites lésions du cartilage ne se réparent pas d'elles-mêmes et peuvent s'aggraver au fil du temps. Les traumatismes du cartilage articulaire restent un vrai défi pour la médecine, du fait de la douleur, des troubles fonctionnels et parfois même du handicap qu’ils génèrent.

L’arthrose est une conséquence à moyen et long terme des traumatismes du cartilage qui concerneraient chaque année en Europe et aux Etats-Unis près de 2 millions de personnes. Or, à ce jour, aucun traitement, qu’il soit conventionnel ou basé sur des greffes de chondrocytes, ne permet de restaurer correctement ce cartilage articulaire.

Dans ce contexte difficile, des chercheurs suisses apportent une note d’espoir : ils viennent de réaliser pour dix patients souffrant de lésions traumatiques du cartilage (de 2 à 6 cm2) au niveau d’un condyle fémoral ou de la trochlée, une greffe  de cellules cultivées à partir de chondrocytes de la cloison nasale, avec des résultats vraiment intéressants. Leur essai publié le 22 octobre par la revue britannique The Lancet ouvre de nouvelles perspectives dans la prise en charge des lésions du cartilage.

Pour chacun des patients, des chirurgiens esthétiques ont prélevé sous anesthésie locale six millimètres de cartilage sur leur cloison nasale,  prélèvement mis en culture sur des membranes de collagène pendant deux semaines. Ces cellules ont ensuite été implantées par le biais d’une mini-arthrotomie dans la zone articulaire fémorale lésée.

Douleur et fonction articulaire sont nettement améliorées après 2 ans

Les médecins du centre de chirurgie et de biomédecine de l’hôpital universitaire de Bâle en Suisse, à l’origine de cet essai de thérapie cellulaire, ont ensuite suivi les patients pendant 24 mois. Les résultats montrent d’abord que pour chacun d’entre eux, il a été possible de produire un greffon autologue de chondrocytes et qu’aucun effet secondaire ou complication n’ont été observés parmi ces 10 patients pendant le prélèvement du nez ou dans les suites de la greffe. Enfin et surtout, au bout de 2 ans, l’auto-évaluation de la douleur, des fonctions articulaires du genou et de la qualité de la vie apparaît nettement améliorée après la greffe des chondrocytes.

L’évaluation radiologique permet de voir, selon les patients, un degré variable de remplissage articulaire de la lésion par du cartilage et le développement de tissu de réparation proche de la composition du cartilage du patient. Face à ces premiers résultats satisfaisants, l’essai continue et devrait concerner 25 patients au total.

Il y avait bien eu jusqu’à présent différentes stratégies pour tenter de réparer les lésions du cartilage articulaire (stimulation de régénération endogène, transplantation de cellules cartilagineuses, ou encore d’autres approches de thérapie cellulaire), mais aucun « gold standard » n’a pu être établi à ce jour. Pour Nicolas Rotter (département d’ORL, Université d’Ulm, Allemagne) qui signe un éditorial dans le Lancet accompagnant la publication des résultats, « Ce premier essai représente une véritable avancée des techniques de réparation du cartilage articulaire, notamment parce que le prélèvement au niveau du nez est simple et sans effet secondaire, écrit-il. Mais bien sûr, ajoute-t-il, des résultats à long terme, et une analyse du rapport coût-efficacité sont indispensables avant que cette technique soit approuvée par les autorités sanitaires européennes et américaines et qu’elle remplace partiellement en tout cas, les traitements actuels. »

Dr Martine Perez

Référence
Mumme M, Barbero A, Miot S, et coll. : Nasal chondrocyte-based engineered autologous cartilage tissue for repair of articular cartilage defects: an observational first-in-human trial. Lancet 2016; 388: 1985–94.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Vers une augmentation des rhumes de hanche ?

    Le 28 octobre 2016

    Si cette technique chirurgicale est validée, faut-il prévoir une possible augmentation des "Rhumes de hanche" ! Humour facile, mais bravo pour l'idée, pourvu que cela marche sur le long terme.

    Dr M. Gibert

  • Rhumes de hanche

    Le 30 octobre 2016

    J'aime cette preuve d'humour simple et adaptée… Ceci dit, si c'est prouvé, il faut espérer que cela pourra se développer.

    Françoise Baudry

  • Et les hormones ?

    Le 10 novembre 2016

    Les chondrocytes présentent des récepteurs hormonaux à des hormones de croissance hypophysaire, à la thyroxine, à la testostérone et à d'autres hormones sexuelles.

    Pourquoi ne pas essayer des supplémentations ?

    JD

Réagir à cet article