Prévention du syndrome post-thrombotique : la fin des bas de compression ?

La prévention du syndrome post-thrombotique (SPT) est d’autant plus importante que les traitements disponibles ont une efficacité limitée. Parce qu’elle réduit l’hypertension et le reflux veineux, la compression veineuse élastique (CVE) pourrait être intéressante dans cette indication. C’est actuellement la seule option qui semble agir à la fois sur les manifestations cliniques au niveau des membres inférieurs et sur les lésions post-thrombotiques associées à la TVP aiguë. Des résultats positifs de la CVE ont été d’ailleurs apportées par deux études randomisées, mais monocentriques, sur de petits effectifs et non contrôlées. Les résultats d’une nouvelle étude méthodologiquement plus solide ne vont malheureusement pas dans le même sens (1).

Cette étude multicentrique, randomisée, contrôlée contre placebo, a été menée sur 806 patients qui, après avoir fait une première thrombose veineuse profonde proximale, ont été randomisés pour porter des bas de compression graduée (30-40 mm Hg ; n = 410) ou des bas placebos (n = 396) pendant deux ans. Il n’y a pas eu de différence significative en ce qui concerne l’incidence cumulative du SPT en fonction du type de bas : 14,2 % dans le groupe actif versus 12,7 % dans le groupe placebo. La CVE n’a pas eu non plus d’effet significatif sur l’apparition des ulcères veineux, le taux de récidive de la TVP, la prévalence du reflux veineux et la qualité de vie générale ou liée à la maladie. Les constatations étaient similaires dans le sous groupe de patients qui ont rapporté une utilisation fréquente des bas.
Dans l’éditorial qui commente la publication de cette étude, deux raisons sont avancées pour expliquer la divergence  de résultats avec les précédentes études : la compliance suboptimale (55,6 % des patients utilisant les bas au moins 3 fois par semaine), bien inférieure à celle retrouvée dans les essais antérieurs et des caractéristiques différentes pour les populations de malades incluses (2), celle concernée par cette nouvelle étude ayant peut-être bénéficié d’une anticoagulation plus efficace, susceptible d’avoir influé sur l’incidence du SPT .

Peut-on alors conclure dans l’état actuel des choses au manque d’intérêt des bas de compression veineuse médicale pour la prévention du SPT comme il apparaît dans cette étude contrôlée contre placebo, la plus vaste menée sur ce thème à ce jour? Non, car il faut encore répondre à quelques interrogations, notamment sur la part que prennent le manque d’observance, l’effet placebo et les caractéristiques des patients dans l’inefficacité de la CVE (2). Un nouvel essai multicentrique randomisé est actuellement en cours qui compare une prise en charge usuelle avec CVE pendant deux ans et des soins personnalisés fondés sur le score de Villalta. Il permettra peut-être de répondre à ces trois questions : la CVE apporte-t-elle un bénéfice thérapeutique ? Chez quels patients ce bénéfice est-il susceptible d’être le plus important ? Quelle serait alors la durée optimale du traitement compressif ?

Dr Catherine Faber

Références
1) Kahn RS et coll. : Compression stockings to prevent post-thrombotic syndrome: a randomised placebo-controlled trial. Lancet 2013. Publication avancée en ligne le 6 décembre. http://dx.doi.org/10.1016/ S0140-6736(13)61902-9.
2)Ten Cate-Hoek AJ. Elastic compression stockings – is there any benefit? Lancet 2013. Publication avancée en ligne le 6 décembre. http://dx.doi.org/10.1016/ S0140-6736(13)62347-8.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Un peu court

    Le 19 décembre 2013

    Deux ans c'est un peu court pour évaluer le syndrome post-phlébitique !

Réagir à cet article