Psoriasis sévère : un bilan de la fonction rénale s’impose

Le psoriasis affecte entre 2 et 4 % de la population. Si l’on sait déjà qu’il est associé au risque de diabète, de syndrome métabolique et de pathologies cardiovasculaires, il pourrait l’être aussi au risque d’insuffisance rénale chronique. Car, depuis la description de glomérulonéphrites chez des patients atteints de psoriasis, l’idée fait son chemin de l’existence d’une « néphropathie psoriasique ». Le lien entre psoriasis et pathologie rénale n’est toutefois pas encore parfaitement clair.

Quelques précisions sur ce lien nous sont apportées par une étude réalisée à Philadelphie. Il s’agit d’une étude de cohorte, 136 529 patients atteints de psoriasis « léger » et 7 354 patients atteints de psoriasis modéré à sévère ont été « comparés » à près de 700 000 personnes indemnes de psoriasis. La gravité du psoriasis était évaluée par les traitements reçus.

L’incidence de l’insuffisance rénale chronique est supérieure chez les patients présentant un psoriasis, mais plus particulièrement pour ceux dont l’atteinte est modérée à sévère. Après ajustement pour l’âge, le sexe, les pathologies cardio-vasculaires, le diabète, l’hypertension, l’hyperlipidémie, l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et l’IMC (indice de masse corporelle), le psoriasis reste un facteur de risque indépendant d’insuffisance rénale chronique en cas d’atteinte sévère (Hazard Ratio 1,05 pour l’ensemble des patients, 0,99 pour les patients présentant une atteinte légère et 1,93 pour les atteintes sévères).

Alors qu’aucune interaction n’est retrouvée en le psoriasis et le sexe, l’âge en revanche a un effet significatif, dans le groupe des patients atteints de psoriasis sévère. Ainsi, chez un patient de 30 ans atteint d’une forme sévère, le risque relatif,par rapport à un sujet sain, de développer une insuffisance rénale chronique est de 3,82 alors qu’il est de 2,00 chez une personne de 60 ans. Notons que le risque absolu augmente quand même avec l’âge. Ainsi, dans la catégorie des 40-50 ans atteints d’une forme sévère, le psoriasis peut être considéré comme responsable d’un cas supplémentaire d’insuffisance rénale chronique pour 134 patients par an, et de un cas pour 62 patients dans la catégorie des 50 -60 ans.

Les formes modérées à sévères de psoriasis affectent environ 20 % des patients. C’est dire l’importance d’un dépistage attentif de l’insuffisance rénale chez ces sujets pour prendre en charge le plus vite possible et réduire la morbidité et la mortalité associées à l’insuffisance rénale chronique. Ces résultats confirment d’autre part l’intérêt de considérer avec soin le profil bénéfice-risque des médicaments néphrotoxiques chez les patients atteints d’une forme modérée à sévère de psoriasis.

Dr Roseline Péluchon

Références
Wan J et coll. : Risk of moderate to advanced kidney disease in patients with psoriasis: population based cohort study. BMJ 2013; 347: f5961. doi: 10.1136/bmj.f5961.
http://www.bmj.com/content/347/bmj.f5961.pdf%2Bhtml

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article