Coupe menstruelle et choc toxique : l’alerte de la répression des fraudes

Après une première enquête en 2016, la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) a mené en 2019 une nouvelle campagne de contrôle  sur les coupes menstruelles. Si cette enquête n’a pas mis en évidence de migration de substances chimiques via les produits analysés, la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) juge que « l’information des utilisatrices sur les conditions de leur utilisation est généralement insuffisante, voire erronée, ce qui peut générer un risque grave de choc toxique ».


Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article