Réagir

Vos réactions (1)

  • De la raison après l'émotion

    Le 30 avril 2016

    Ne nous emballons pas.
    Il est vrai que ce décès est un drame à ne pas minorer pour cet interne ainsi que pour sa famille. Il est clair que la qualité de vie de nos jeunes collègues est importante, tout comme la notre d'ailleurs, mais les professionnels de santé savent bien que ce n'est pas à partir d'un cas qu'on doit réagir.

    Il faudrait comparer le taux de suicide dans la classe d'age correspondant à l'internat en population générale et celui au cours de l'internat de médecine avant de conclure quoi que ce soit. Cette erreur d'appréciation n'est pas exceptionnelle et majorée par les titres accrocheurs jouant sur notre sensibilité à tous. Dommage, ça brouille le discours.

    Dr Franck Belot

Réagir à cet article