Le contrôle efficace et prolongé de la réplication du virus de l'hépatite B a un effet positif sur la fibrose et la cirrhose

Les effets de la suppression prolongée de la réplication du virus de l'hépatite B (VHB) sur la régression de la fibrose hépatique associée à l'hépatite B ne sont pas clairement définis.

Le but de cette étude était justement d'évaluer les effets, sur la fibrose et la cirrhose, d’un traitement d'au moins 5 ans par le ténofovir disoproxil fumarate (TDF) chez les patients atteints d’hépatite virale B chronique.

A la fin d’une étude randomisée de 48 semaines, ayant comparé en double aveugle le ténofovir DF à l’adéfovir dipivoxil, les patients (qu'ils soient positifs ou négatifs pour l’Ag HBe) pouvaient entrer dans une étude en ouvert où ils étaient suivis pendant sept ans alors qu’ ils poursuivaient leur traitement par ténofovir. Les patients initialement traités par adéfovir étaient « basculés » en ouvert vers un traitement par le ténofovir.

Le protocole prévoyait, dès sa version initiale, la répétition d'une biopsie hépatique à la semaine 240.

Pour cette étude, les auteurs ont évalué l'amélioration histologique (au moins 2 points de réduction du score de Knodell nécrotico-inflammatoire, sans majoration de fibrose) et la régression de la fibrose (une diminution d’au moins une unité du score d’Ishak).

Parmi les 641 patients ayant reçu le traitement lors de l'étude clinique randomisée, 585 (91 %) ont été inclus dans l'étude ouverte, et 489 ont complété les 240 semaines de suivi.

Au total, 348 patients (54 % de l'effectif initial) ont eu une évaluation histologique à l'inclusion et à la semaine 240.

Une amélioration histologique a été constatée pour 304 (87 %) de ces malades  et 176 (50 %) avaient une régression de la fibrose à la semaine 240 (p <0,00001).

Soixante et onze (74 %) des 96 patients (28 %) ayant une cirrhose à l'inclusion, définie par un score d’Ishak à 5 ou 6, n'avaient plus de cirrhose (diminution ≥ 1 unité), alors que trois des 252 patients sans cirrhose à l'admission avaient progressé vers la cirrhose à la cinquième année (P <0,0001).

Parmi les caractéristiques basales des patients ayant une cirrhose à l'admission, deux facteurs étaient significativement associés avec la cirrhose à cinq ans : l'indice de masse corporelle et l'existence d'un diabète.

Des échappement virologique sont survenus de façon peu fréquente (20 patients), et n'étaient pas en rapport avec une résistance au ténofovir.

Le profil de sécurité a été favorable : 91 patients (16 %) ont présenté un événement indésirable qui était dans neuf cas considéré comme sévère et en rapport avec l'utilisation du ténofovir.

Cette étude montre donc que chez les patients ayant une hépatite chronique virale B, un traitement d'au moins cinq ans par le ténofovir est efficace et bien toléré.

La suppression prolongée de la réplication du virus B peut conduire à une régression de la fibrose et de la cirrhose.

Pr Marc Bardou

Référence
Marcellin P et coll. : Regression of cirrhosis during treatment with tenofovirdisoproxilfumarate for chronic hepatitis B: a 5-year open-label follow-up study. Lancet, 2012 ; publication avancée en ligne le 10 décembre. doi: 10.1016/S0140-6736(12)61425-1.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article