Du fer en IV pour contrer l’anémie en USI : faut-il le faire ?

L’anémie ou les transfusions de globules rouges représentent des facteurs de risque indépendants de mortalité en Réanimation. La diminution de l’hémoglobine (Hb) chez les patients peut se constituer progressivement, mais elle oblige parfois à recourir à une transfusion, et ce, même avec les recommandations transfusionnelles actuelles, plus restrictives. Des auteurs ont expérimenté la supplémentation en fer par voie intraveineuse afin de prévenir l’anémie en soins intensifs.

L’essai IRONMAN, randomisé et multicentrique, a évalué l’administration précoce de fer par voie intraveineuse (IV) pour réduire les besoins transfusionnels chez des patients de Réanimation. Les patients inclus (adultes de plus de 18 ans) devaient avoir un taux d’Hb inférieur à 10,0 g /dl à tout moment, au cours des 24 premières heures de l’admission en soins intensifs. Les critères d'exclusion sont l’existence d’un sepsis sévère suspect ou confirmé, une ferritinémie supérieure à 1 200 ng / ml ou une saturation en transferrine supérieure à 50 %. Les patients randomisés dans le groupe du fer IV ont reçu 500 mg de carboxymaltose ferrique dans 100 ml de solution saline à 0,9 % délivré dans deux seringues consécutives de 50 ml. Pour les patients encore hospitalisés en soins intensifs 4 jours après cette première phase et continuant de remplir les critères initiaux (une Hb inférieure à 10,0 g/dl et les critères de saturation de la transferrine et du dosage de ferritine) une nouvelle supplémentation en fer IV, selon le même protocole, a été effectuée.

Pas de diminution significative des besoins transfusionnels avec le fer

Sur 140 patients inclus, 70 ont reçu du fer IV (groupe fer) et 70 un placebo (groupe contrôle). Au total 97 unités de globules rouges ont dû être transfusées dans le groupe fer contre 136 dans le groupe placebo, ce qui donne un rapport des taux d'incidence de 0,71 (Intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] de 0,43 à 1,18) soit une différence non significative avec un p = 0,19. Le taux d'hémoglobine médian à la sortie est plus élevé dans le groupe fer que dans le groupe contrôle : 10,7 g/dl contre 10,0 g/dl (p = 0,02). Les 2 groupes ont la même durée de séjour en soins intensifs et à l’hôpital et le même taux de mortalité. Il n’y a pas de différence entre les 2 groupes concernant le nombre d’infections et il n’y a pas eu d’effets secondaires liés aux perfusions de fer dans le groupe traité.

La supplémentation en fer intraveineux chez  les patients admis en unité de soins intensifs et anémiques n’entraîne donc pas de diminution significative des besoins transfusionnels. Le taux d’hémoglobine à la sortie de l'hôpital des malades traités est (significativement) un peu plus élevé que celui des patients contrôles.

Dr Béatrice Jourdain

Références
Litton E et coll. (The IRONMAN Investigators) : Intravenous iron or placebo for anaemia
in intensive care: the IRONMAN multicentre randomized blinded trial. A randomized trial of IV iron in critical illness.
Intensive Care Med., 2016 ; 42: 1715–1722

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article