Des probiotiques dans les gastroentérites ?

Chaque année, 1,7 millions de consultations aux urgences aux USA sont liées à des gastroentérites. Par ailleurs, les probiotiques ont « le vent en poupe » avec les promesses de multiples bénéfices cliniques notamment dans cette indication, quoique l’on dispose de peu de données objectives à ce sujet. Deux équipes, une américaine et une canadienne, ont donc tenté de répondre à la question de l’intérêt de l’administration de probiotiques dans la prise en charge des gastroentérites

Les deux essais ont consisté à comparer les effets de la prise de probiotiques versus celle d’un placebo chez des enfants consultant pour une gastroentérite.

L’équipe canadienne, a suivi 886 enfants de 3 à 48 mois dans une étude multicentrique (6 services d’urgences pédiatriques), randomisée, en double aveugle. Le critère de sélection était la présence de 3 épisodes ou plus de diarrhées aqueuses sur une période de 24 h avec vomissements ou diarrhées depuis moins de 72h. Un groupe d‘enfant a reçu per os, 1 sachet de probiotiques contenant des Lactobacillus rhamnosus et Lactobacillus helveticus à la dose de 4 109 colony-formits units ou un placebo, et ce 2 fois par jour pendant 5 j avec un suivi jusqu’à 14 j.

L’équipe américaine a réalisé une étude similaire dans 10 centres, qui a concerné 971 enfants de 3 à 48 mois également. Un groupe a reçu pendant 5 jours du Lactobacillus rhamnosus à la dose de 1 109 colony-formits units 2 fois par jour. Le suivi a été réalisé à 5j, 14j et un mois.

Dans les 2 cas, les auteurs ont évalué la gravité de la gastroentérite en se basant sur un score de Vesikari scale 9, basé sur la durée de la diarrhée, le nombre maximum de selles aqueuses/24h, la durée des vomissements, le nombre maximum de vomissement par 24 h, la température maximale atteinte, le nombre de visites médicales non prévues et le traitement.

Pas d’efficacité pour les probiotiques Lactobacillus rhamnosus et Lactobacillus helveticus

Dans l’étude canadienne, le pourcentage d’enfants avec une maladie modérée ou sévère était similaire dans chaque groupe : 26,1 % (108/414) dans le groupe probiotique et 24,7 % (102/413) dans le groupe placebo (p = 0,65).

Après ajustement selon le site, l’âge, et le nombre de vomissements ou diarrhées, l’Odd Ratio est de 1,06 (IC 95 % : 0,76-1,49, p = 0,74) ;

De la même façon, les résultats américains ne montrent pas de différence entre les 2 groupes d’enfant : 11,8 % des enfants du groupe probiotiques avaient un score de Vesaki 9 et 12,6 % dans le groupe placebo. De même, la durée et la fréquence des diarrhées et vomissements, l’absentéisme scolaire et les transmissions intrafamiliale ont été similaires dans les 2 groupes.

Les sociétés savantes sont partagées entre ne pas recommander les probiotiques ou au contraire les recommander fortement. Toujours est-il que ces études montrent que, la prise de certains probiotiques, ici, de Lactobacillus rhamnosus et Lactobacillus helveticus ne semblent pas réduire les signes cliniques de gastroentérites.

Cependant le microbiome intestinal est composé de très nombreuses espèces différentes de bactéries. Leurs dysbioses sont très largement étudiées actuellement et les liens avec différentes pathologies sont mises en avant régulièrement.

Ainsi, pour traiter efficacement les dysbioses, faut-il déjà les identifier correctement afin de permettre au probiotique adéquat d’avoir une chance d’être efficace.

Dr Sylvie Coito

Références
Freedman SB et coll. : Multicenter Trial of a Combination Probiotic for Children with Gastroenteritis. N Engl J Med. 2018; 379: 2015-2026. doi: 10.1056/NEJMoa1802597.
Schnadower D et coll. : Lactobacillus rhamnosus GG versus Placebo for Acute Gastroenteritis in Children. N Engl J Med. 2018; 379: 2002-2014. doi: 10.1056/NEJMoa1802598.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article