Asthme sévère avec ou sans polypose nasale : NAVIGATOR confirme l’efficacité du Tezepelumab

Le tezepelumab fait partie des anticorps monoclonaux qui interfèrent avec les processus biologiques complexes impliqués dans la pathogénie de l’inflammation des voies respiratoires telle qu’elle se manifeste au cours de l’asthme.  Certains ciblent spécifiquement les IgE ou diverses interleukines, ce qui n’est pas le cas du tezepelumab. Ce dernier se comporte comme un inhibiteur de la lymphopoïétine stromale thymique, une cytokine qui contribue à la maturation des lymphocytes par activation des cellules présentatrices d'antigène. Les études de phase 2 plaidaient en faveur de l’efficacité de cet anticorps monoclonal dans le traitement symptomatique de  l’asthme sévère. Les résultats d’un essai randomisé multicentrique de phase 3, mené à double insu contre placebo,  dit NAVIGATOR, vont résolument dans ce sens.

Plus de 1 000 participants dont 83 cas de polypose nasale

Au total, 1 059 patients âgés de 18 à 70 ans, tous atteints d’un asthme sévère non contrôlé par un traitement standard ont été inclus dans cette étude. Dans le groupe traité (n=528), le tezepelumab (210 mg par dose) a été administré par voie sous-cutanée toutes les 4 semaines pendant 52 semaines. Le placebo a été administré de la même manière dans l’autre groupe (n=531). Il existait une polypose nasale (PN) évoluant depuis deux ans chez 83 participants. Trois critères ont été utilisés pour juger de l’efficacité thérapeutiques : (1) nombre annuel de poussées évolutives au cours de l’essai ; (2) variation du Volume expiratoire maximal par seconde (VEMS, sans test de bronchodilatation)  par rapport à l’état basal ; (3) score (SNOT)-22 (Sino-Nasal Outcomes Test) en cas de PN.

A l’état basal, le VEMS s’est avéré voisin dans les sous-groupes ainsi constitués tezepelumab versus placebo : (1) PN+ : 2,01 (0,75) vs 1,89 (0,66) l ; (2) PN- : 1,82 (0,71) vs 1,85 (0,71). Dans le groupe traité versus placebo, le nombre annuel de poussées évolutives a été de 86 % (IC 95 %: 70–93) en cas de PN et de 52 %  (IC 95 %: 42–61) en l’absence de PN. Parallèlement, le VEMS a augmenté respectivement de 0,20l (IC 95% : 0,02–0,37) et 0,13l (IC 95 %: 0,08–0,18). Chez les patients atteints d’une PN, le score SNOT a diminué de 9 points (IC 95 % CI: 0,9–18,2) dans le groupe traité versus placebo, alors que les scores à l’état basal étaient comparables dans les deux groupes (tezepelumab, 49,4; placebo, 47,8).

Cet essai randomisé de phase 3 plaide en faveur de l’efficacité thérapeutique du tezepelumab chez les patients atteints d’un asthme sévère non contrôlé par un traitement standard bien suivi. Cet inhibiteur de la lymphopoïétine stromale thymique réduit en effet le risque de poussées évolutives tout en améliorant la fonction respiratoire. La polypose nasale qui constitue une comorbidité aggravante est également améliorée par ce médicament, un bénéfice secondaire non négligeable. NAVIGATOR permet à cette classe pharmacologique nouvelle de démontrer son intérêt thérapeutique potentiel.

Dr Philippe Tellier

Référence
Menzies-Gow A et coll. Tezepelumab efficacy in patients with severe, uncontrolled asthma and comorbid nasal polyps in NAVIGATOR. Congrès annuel de la Société Européenne de Pneumologie. Du 5 au 8 septembre 2021 (en virtuel)

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article