DESTINY-Breast03 : Confirmation du T-DXd dans les cancers du sein HER2+ de stade métastatique

L’essai CLEOPATRA avait positionné la combinaison trastuzumab + pertuzumab + taxane en première ligne thérapeutique des cancers du sein HER2+ de stade métastatique, tandis que l’essai EMILIA avait clairement fait du trastuzumab-emtanzine (T-DM1) la référence en deuxième ligne (3).

Le trastuzumab deruxtecan (T-DXd), un anticorps conjugué ciblant HER2, permet de délivrer un inhibiteur de topoisomérase I à la fois en intracellulaire par internalisation et dans le microenvironnement tumoral par effet appelé « bystander » plus marqué qu’avec le T-DM1 en raison de la charge en drogue active et des propriétés de scission du ligand. Ces particularités en font une nouvelle option comme en témoigne l’essai DESTINY-Breast01, une étude de phase II en 3ème ligne thérapeutique dans laquelle il apporte un bénéfice après échec de l’association taxane-trastuzumab-pertuzumab et du T-DM1. Ces résultats ont logiquement généré la mise sur pied de l’essai DESTINY-Breast03 dans lequel le T-DXd a été comparé en deuxième ligne au T-DM1. Ce sont les résultats de l’analyse intermédiaire planifiée qui ont été présentés lors du dernier congrès annuel de l’ESMO par Javier Cortes (Vall d’Hebron, Barcelone).

La SSP à 12 mois a été estimée à 75,8 % pour le T-DXd et 34,1 % pour le T-DM1

Au total, 524 patientes âgées en moyenne de 54 ans avec cancer du sein HER2+ de stade avancé ou métastatique , en échec ou récidive après traitement par taxane + trastuzumab ont été incluses dans cette étude. Elles pouvaient présenter des métastases cérébrales si celles-ci étaient stables et traitées (soit 20 % de la population incluse). La moitié des patientes avaient reçu une seule ligne de traitement avant randomisation et 60 % avaient été exposées au pertuzumab avant de recevoir soit le T-DXd 5,4 mg/kg Q3W (n=261) soit le T-DM1 3,6 mg/kg Q3W (n=263). L’objectif primaire était la survie sans progression (SSP) évaluée de façon centralisée en aveugle.

Avec un suivi médian de 16,2 mois, la médiane de SSP n’a pas été atteinte dans le bras T-DXd alors qu’elle n’était que de 6,8 mois dans le bras T-DM1 (HR=0,28, p=7,8*10-22). La SSP à 12 mois a été estimée à 75,8 % pour le T-DXd et 34,1 % pour le T-DM1, le bénéfice étant constant pour l’ensemble des sous-groupes prédéfinis.

La survie globale à 12 mois a été de son côté de 94,1 % pour le T-DXd contre 85,9 % pour le T-DM1 (HR=0,56, p=0,00717, NS en fonction de l’objectif préspécifié, mais les données ne sont pas encore matures) tandis que la médiane de durée de traitement a été doublée (14,3 mois contre 6,9 mois), de même que le taux de réponse objective (79,7 % dans le bras T-DXd contre 34,2 % dans le bras T-DM1), avec 16,1 % de réponses complètes (contre 8,7 %).

Quant aux données de tolérance, elles sont rassurantes avec 45,1 % et 39,8 % des patientes présentant des effets secondaires de grade ≥ 3. Il faut cependant garder à l’oeil que 10,5 % des patientes ont présenté une pneumopathie immuno-allergique avec le T-DXd, la très grande majorité (9,7 %) de grade 1 ou 2 ne provoquant pas de décès. Ces données permettent aux auteurs de conclure en l’intérêt de placer le T-DXd en tête de liste des traitements de deuxième ligne pour le cancer du sein HER2+ de stade métastatique.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Cortes J, et coll. Trastuzumab deruxtecan (T-DXd) vs trastuzumab emtansine (T-DM1) in patients (Pts) with HER2+ metastatic breast cancer (mBC): Results of the randomized phase III DESTINY-Breast03 study. Congrès annuel de la Société Européenne d’Oncologie médicale. Du 16 au 21 septembre 2021 (en virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article