Mieux vaut une bonne qualité de vie avant l’arrêt cardiaque

La qualité de vie est une notion complexe et multidimensionnelle basée sur 4 éléments : les facteurs socio-économiques, la santé et la capacité de fonctionner dans la vie quotidienne, la conscience de soi et la satisfaction de la vie. Inventée à des fins de recherche, l'expression " qualité de vie liée à la santé " embrasse les composantes mentale, physique et sociale du bien-être. Plusieurs échelles sont utilisées pour la quantifier, notamment après un arrêt cardiaque (AC), dont l'EuroQoL 5D (EQ-5D) calculée à partir des scores dans 5 domaines, donnés par le patient. La fourchette varie de 0 à 1 ; 1 étant la meilleure qualité de vie possible.

Le taux de survie des patients victimes d'un AC est en augmentation. Les classiques facteurs prédictifs d’une bonne survie de l’AC au sortir de l’hôpital, puis d’une bonne qualité de vie sont la fibrillation ventriculaire (FV) retrouvée comme rythme initial et le court délai de retour à la circulation spontanée. En existe-t-il d’autres ? Pour répondre à la question, l’idée est venue de comparer la qualité de vie avant et après l’AC et d’analyser les facteurs associés au pronostic de l’arrêt cardiaque.

A cette fin, tous les patients adultes victimes d'un arrêt cardiaque pré-hospitalier ou intra-hospitalier, admis entre 2009 et 2011 dans le service de réanimation de l'hôpital universitaire de Tampere (ville du sud de la Finlande dont la cathédrale est connue pour ses fresques macabres !), ont fait l’objet d’un suivi rétrospectif, à condition d’avoir pu survivre jusqu'à leur sortie de l’hôpital. Ces survivants (ou bien leurs proches) ont été invités à répondre au questionnaire EQ-5D sur leur qualité de vie antérieure à l’AC et l’actuelle, 6 mois plus tard.

Six mois après l'arrêt cardiaque, 36 % des patients (79/222, âge moyen 66 ans, 76 % d’hommes) étaient vivants et 70 % (55/79) d’entre eux ont rempli le questionnaire. Cinquante-six pour cent des patients avaient une survie estimée à 10 ans avant l’AC, d’après l’index de comorbidités de Charlson. Les AC pré-hospitaliers représentaient 64 % (35/55) des AC avec un retour à une circulation spontanée en 9 minutes [11,0, 31,0] en moyenne, vs 7,5 minutes [5,25, 12,25] (p < 0,001) pour les AC intra-hospitaliers.

Bonne qualité de vie avant l’arrêt cardiaque = meilleure qualité de vie après

Les valeurs médianes de la QE-5D avant et après AC ont été de 0,89 [0,63, 1] et 0,89 [0,62, 1], respectivement (p = 0,75). Seul le QE-5D avant l'AC a été associé à une meilleure qualité de vie post AC (Odds ratio 1,2 ; intervalle de confiance à 95 % 1,0-1,3 ; p = 0,02).

Malgré une perte de données liée à son caractère rétrospectif, cette étude démontre que la qualité de vie 6 mois après un arrêt cardiaque est jugée étonnamment bonne surtout par les patients qui bénéficiaient déjà d’une bonne qualité de vie auparavant, y compris chez ceux présentant de nombreuses co-morbidités. Le meilleur facteur prédictif d'une bonne qualité de vie après l'AC est donc la bonne qualité de vie avant l'AC, d’autant plus lorsqu’une fibrillation ventriculaire est retrouvée lors de la prise en charge de l’AC. Et les auteurs de préconiser d’intégrer la qualité de vie antérieure à l’arrêt cardiaque dans leurs analyses d’autres facteurs influant sur la récupération de l’AC, tels que la température ciblée ou les interventions sur les artères coronaires, par exemple.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Hellevuo H, Sainio M, Huhtala H, Olkkola KT, Tenhunen J, Hoppu S : Good quality of life before cardiac arrest predicts good quality of life after resuscitation. Acta Anaesthesiol Scand., 2018; 62 : 515-521. doi: 10.1111/aas.13065.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article