Affection auto-immune : un prélude à la maladie bipolaire ?

Alors que des études antérieures ont déjà suggéré que l’auto-immunité pourrait jouer un rôle dans le déterminisme de la maladie bipolaire (MB), une étude réalisée à Taïwan a eu pour objectif d’évaluer l’association épidémiologique entre une affection auto-immune systémique (comme le lupus érythémateux disséminé ou la polyarthrite rhumatoïde) et le développement subséquent d’une MB, en examinant les facteurs de risque potentiel de MB en cas de pathologie auto-immune préalable. Exploitant des données Ling-Yi Wang et coll. ont comparé à cet effet une cohorte de 65 498 sujets ayant une maladie auto-immune et une autre cohorte (quatre fois plus nombreuse) de 261 992 personnes sans pathologie auto-immune. L’incidence d’une MB ultérieure a été appréciée dans les deux groupes, avec un recul de 11 ans (période 2000–2011).

Le résultat essentiel est la mise en évidence d’une incidence deux fois plus élevée de MB parmi les patients souffrant d’une affection auto-immune préalable que chez ceux sans problématique auto-immune : après ajustement, OR=1,98 (1,67–2,36) ; p<0,0001.Ce risque de trouble bipolaire est en particulier significativement augmenté en cas de lupus érythémateux disséminé, de polyarthrite rhumatoïde, de vascularite auto-immune, de syndrome de Gougerot-Sjögren) ou de maladie de Crohn.

De multiples facteurs à explorer

Cette étude révèle aussi quelques facteurs de risque de survenue d’une MB, notamment le fait d’être une femme, d’avoir un âge moins élevé ou d’habiter dans la partie orientale de l’île de Taïwan (eastern Taiwan). Ce dernier critère est a priori surprenant et suscite une interrogation : traduit-il l’existence d’un contexte génétique particulier, ou d’autres facteurs environnementaux à découvrir ? Quoi qu’il en soit, les auteurs observent aussi plusieurs comorbidités pouvant être considérées comme des facteurs de risque potentiel pour le développement d’une MB : dyslipidémie, asthme ou broncho-pneumopathie obstructive, diabète sucré, maladie cérébrovasculaire, addiction à l’alcool, cirrhose du foie et cancers.

Dr Alain Cohen

Référence
Wang LY et coll.: Systemic autoimmune diseases are associated with an increased risk of bipolar disorder: A nationwide population-based cohort study. J Affect Disord 2017 ; 227 : 31–37.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article