Où l’activité physique joue sur le risque d’AVC

L’activité physique régulière est chaudement recommandée en prévention secondaire chez les patients victimes d’un AVC. Elle semble bien être à même de freiner la progression de l’athérosclérose intracrânienne, mais qu’en est-il sous l’angle de la prévention primaire ? Cet effet bénéfique potentiel s’exerce-t-il face à des lésions artérielles extra- ou intracrâniennes en l’absence de tout symptôme ou d’AVC dans les antécédents ? Une étude de cohorte multiethnique transversale apporte des éléments de réponse à ces questions.

Il s’agit en fait d’une émanation de l’étude NOMAS (Northern Manhattan Study) qui a inclus 1 274 participants (âge moyen 71±9 ans ; femmes : 60 %; Hispaniques : 65 %). L’activité physique pendant les périodes de loisir a été évaluée et exprimée sous la forme d’un MET-score (metabolic equivalent). Cette variable a été représentée de manière continue et ordinale. L’athérosclérose de la carotide externe a été évaluée par échographie en mesurant l’épaisseur intima-média (EIM) et le nombre de plaques d’athérome. Au niveau des artères intracrâniennes, c’est l’angio-IRM qui a été utilisée pour détecter les sténoses significatives ≥ 50 % ou ≥ 70 %.

Moins de sténoses artérielles intracrâniennes significatives mais pas d’effet sur les carotides externes !

Le MET-score au sein de la cohorte a été estimé en moyenne à 10±16 et 60 % des participants pouvaient être considérés comme totalement sédentaires. L’échographie carotidienne (n = 1 234) a permis de chiffrer la valeur moyenne de l’EIM à 0,97±0,09 mm et, plus d’une fois sur deux (56 %), il existait au moins une plaque carotidienne. L’angio-IRM (n=1 211), pour sa part, a révélé des sténoses intracrâniennes significatives ≥50 % dans 8 % des cas, et dans 5 % des cas quant aux sténoses ≥70 %.

Concernant ces dernières, une association inverse a été mise en évidence entre le MET-score et leur présence, l’odds ratio ajusté par unité de score étant en effet de 0,97 [intervalle de confiance à 95 % IC 95 % 0,94-0,99]) dans le cas où la variable était représentée en continu. Une analyse ordinale a abouti aux mêmes résultats, la valeur de l’ORa étant alors estimée à 0,83 [IC 95 % 0,70-0,99). Aucune association de ce type n’a en revanche impliqué l’athérosclérose carotidienne externe.

Cette étude transversale ne peut qu’alimenter des hypothèses. L’activité physique régulière serait inversement corrélée à l’existence de sténoses artérielles intracrâniennes asymptomatiques à haut risque ≥70 %, en l’absence de tout AVC dans les antécédents. Soit, mais l’absence d’efficacité dans la prévention de la progression de l’athérosclérose extracrânienne jette l’ombre d’un doute sur ces résultats où l’imagerie occupe une place par trop centrale. A confirmer donc, mais en attendant, il y a matière à encourager la lutte contre la sédentarité dans le combat contre l’athérosclérose en général.

Dr Giovanni Alzato

Référence
Yang D et coll. : Physical Activity Is Inversely Associated With Severe Intracranial Stenosis in Stroke-Free Participants of NOMAS Stroke. 2023 ;54(1):159-166. doi: 10.1161/STROKEAHA.122.039660.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Que dire ?

    Le 14 mars 2023

    Quoi croire?
    Je ne sais plus. Et plus je vieillis moins je crois les publications "récentes".
    Du bon sens que diable. Et un peu moins de recos (j'ai fait partie de ceux qui en ont pondu mais j'étais le seul sans conflit d'intérêt, ce qui a paru suspect,... un comble).
    Je découvre ce que je disais avant ma retraite : qui nous soignera quand on sera vieux ?

    Pr émérite André Muller

Réagir à cet article