Un aperçu des séquelles ophtalmologiques de l’infection congénitale à CMV

Le cytomégalovirus (CMV) est l’agent le plus fréquent des infections virales congénitales ; 85 % des enfants infectés sont asymptomatiques à la naissance. Les autres ont une ou plusieurs anomalies : microcéphalie, ictère, hépato-splénomégalie, pétéchies, surdité, choriorétinite. Les séquelles les plus communes sont la surdité neurosensorielle progressive et le retard psychomoteur. Les atteintes ophtalmologiques, choriorétinite, atrophie optique, strabisme et atteinte visuelle corticale ont été moins étudiées à long terme.

Des pédiatres et ophtalmologistes de Houston ont évalué 237 enfants enrôlés entre 1982 et 2013, suivis dans le cadre d’une étude prospective, 77 symptomatiques, 109 asymptomatiques et 51 contrôles, CMV négatifs. Le diagnostic avait été porté sur l’isolement du germe dans les urines durant les 3 premières semaines. Les formes classées symptomatiques comportaient un ou plus des signes évocateurs, une fois éliminées les autres causes : retard de croissance intra-utérine, pétéchies généralisées, convulsions, thrombopénie et autres. Les formes asymptomatiques étaient définies par l’isolement du CMV sans aucun signe clinique ; leur suivi a été décidé en 1995, en raison de la description de choriorétinites à révélation tardive.

Possibilité d’atteintes rétinienne tardive dans les formes asymptomatiques

Le suivi a été programmé à intervalles réguliers jusqu’au collège. Une atteinte sévère de la vision (définie par une acuité < 1/10, l’absence de fixation, ni de réaction à la lumière) a été constatée pour 14 des enfants symptomatiques (18,2 %) mais aucun des asymptomatiques ni des contrôles (P ≤ 0,006). Une atteinte visuelle modérée, définie par une acuité corrigée ≥ 1/10 et < 5/10, a été diagnostiquée pour 5 des formes symptomatiques (6,5 %) et 5 des asymptomatiques (4,6 %). Trois sujets asymptomatiques avaient des cicatrices rétiniennes. Les séquelles les plus communes des patients symptomatiques étaient un strabisme (23,4 %), des cicatrices choriorétiniennes (19,5%), une atteinte visuelle corticale (14,3 %), un nystagmus (14,3%), une atrophie du nerf optique (11,7 %). Trois enfants symptomatiques ont eu une détérioration de la vision en raison de lésions rétiniennes d’évolution tardive, de cicatrices rétiniennes périphériques, d’un détachement rhéogène de la rétine et d’une maladie de Coats

Les patients atteints de formes symptomatiques ont davantage de séquelles ophtalmologiques et ont des évolutions visuelles plus mauvaises que ceux avec des fomres asymptomatiques. Les atteintes rétiniennes tardives s’observent chez les patients symptomatiques et il n’existe pas de preuve que le CMV puisse se réactiver dans la rétine des enfants infectés. Les facteurs de risque ophtalmologique comprennent les formes symptomatiques, l’atrophie du nerf optique, la choriorétinite, l’atteinte visuelle corticale, la surdité neurosensorielle.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Jin HD et coll. : Long-term visual and ocular sequelae in patients with congenital cytomegalovirus infection. Pediatr Infect Dis J 2017;36:877-882.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article