SAOS de l’enfant, plus grave en cas d’asthme associé…

Les troubles respiratoires du sommeil ne sont pas l’apanage de l’adulte et le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) ne fait pas exception, même si sa prévalence chez l’enfant n’excèderait pas 5 %, tout en étant probablement sous-estimée de l’avis de la plupart des experts du domaine. Elle semble plus élevée dans certaines tranches du jeune d’âge au gré de facteurs de risque plus ou moins spécifiques tels les antécédents familiaux, la prématurité, l’obésité, l’environnement (tabagisme passif) ou encore l’atopie dont l’asthme est l’une des principales manifestations respiratoires. Ce dernier semble par ailleurs contribuer à la sévérité du SAOS, comme en témoignent les résultats d’une étude transversale dans laquelle ont été inclus 533 enfants (âge moyen, 7 ± 5,3 ans), dont 400 atteints d’un SAOS sévère, associé dans  133 cas (33 %) à un asthme. La sévérité du SAOS était attestée par un index d’apnées et d’hypopnées ≥ 10/heure, mesuré lors d’un enregistrement polysomnographique.

Le recours à la CPAP (continuous positive airways pressure) s’est avéré significativement plus fréquent en cas de SAOS associé à un asthme, soit 29 % versus 14 % en cas de SAOS isolé. Une analyse multivariée a par ailleurs révélé que l’association entre asthme et CPAP était en l’occurrence indépendante des variables suivantes : données démographiques, sévérité du SAOS, obésité et antécédents d’amygdalectomie.

Chez les enfants atteints à la fois d’un SAOS sévère et d’un asthme, le recours à la CPAP concernait près d’un patient sur trois dans cette série, indépendamment des covariables pertinentes. L’asthme favorise la survenue d’un SAOS selon des mécanismes qui restent à préciser, mais l’asthme semble aussi aggraver le pronostic de ce dernier.

Dr Philippe Tellier

Référence
Kilaikode S et coll. : Asthma is associated with increased probability of needing CPAP in children with severe obstructive sleep apnea. Pediatr Pulmonol., 2019 ; 54 : 342-347. doi: 10.1002/ppul.24245.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article