Anakinra contre Covid-19 : intérêt confirmé par un essai français

L’infection par le SARS-CoV-2 peut conduire à la production massive de cytokines pro-inflammatoires telles l’interleukine (IL)-1β, l’IL-6 ou le tumor necrosis factor (TNF) pour ne citer que quelques exemples. L’orage cytokinique qui peut en découler met rapidement en jeu le pronostic vital des malades atteints d’une forme sévère de la Covid-19, de sorte que plusieurs essais thérapeutiques ont testé les effets potentiels de divers inhibiteurs de ces cytokines. Des résultats préliminaires encourageants quoique discutés ont ainsi été obtenus avec un anti-IL-6, le tocizilumab.

L’anakinra, pour sa part, est une forme recombinante de l’antagoniste du récepteur de l’interleukine-I humaine (IL-1) qui inhibe l’activité des cytokines pro-inflammatoires IL-1α et IL-1β. Cet anticorps monoclonal est utilisé en rhumatologie dans le traitement de la maladie de Still, de l’arthrite juvénile et de la fièvre méditerranéenne par exemple.

Une petite étude rétrospective réalisée à Milan, avec comparaison à une cohorte historique, a suggéré que des doses élevées d’anakinra pouvaient augmenter le taux de survie chez des patients atteints d’une forme modérée ou sévère de la Covid-19, associée à un syndrome « hyperinflammatoire » (1).

Une étude de cohorte prospective ouverte avec comparaison à une cohorte historique

Il s’agit cette fois d’une étude de cohorte prospective française plus récente (2) : l’essai Ana-COVID réalisé au sein du Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph (Paris, France) et débuté le 18 mars 2020, dans lequel ont été inclus 52 patients adultes atteints d’une forme sévère de la maladie : (1) pneumonie extensive et bilatérale sur le scanner ou le cliché thoracique ; (2) SaO2 ≤ 9 3% sous 6L O2 /mn ou plus ; (3) ou aggravation (SaO2 ≤ 93 % sous 3 L O2/min) avec une diminution de 3 % de la SaO2 à l’air ambiant au cours des 24 heures précédentes). Cette cohorte qui a bénéficié de l’anakinra a été comparée à une cohorte plus ancienne répondant aux mêmes critères d’inclusion, ayant reçu un traitement standard. Dans le groupe traité, l’anakinra a été administré, en plus du traitement habituel, à des doses élevées selon le protocole suivant : (1) dose d’attaque : 200 mg/j en deux injections sous-cutanées pendant 72 heures ; (2) dose d’entretien : 100 mg/j pendant 7 jours. Le critère de jugement principal a combiné la fréquence des admissions en unité de soins intensifs (USI) pour une ventilation mécanique et la mortalité. L’analyse des données a été faite dans l’intention de traiter, incluant donc tous les patients qui, dans le groupe traité, ont reçu au moins une injection d’anakinra.

Des résultats encourageants à confirmer

Le critère de jugement principal a concerné 13 (25 %) des patients du groupe anakinra, versus 32 (73 %) dans le groupe non traité, ce qui conduit à un hazard ratio [HR] de 0,22 [intervalle de confiance à 95 % IC 95% 0,11–0,41; p < 0,0001). Le bénéfice thérapeutique s’est maintenu en analyse multivariée, le HR restant à 0,22 [IC 95% 0,10–0,49] ; p = 0,0002). Sur le plan de l’acceptabilité, une élévation des transaminases hépatiques a été observée chez 13 % des patients du groupe traité versus 9 % dans le groupe témoin. Aucune surinfection bactérienne n’a été observée.

Cette étude de cohorte prospective non contrôlée suggère que l’anakinra réduit à la fois la mortalité et la nécessité d’une ventilation mécanique chez des patients atteints d’une forme sévère de Covid-19. Le rapport bénéfice/risque semble favorable, mais il est évident que la comparaison à une cohorte historique a ses limites : des essais randomisés s’imposent pour confirmer ces résultats tout comme ceux de l’étude italienne publiée trois semaines auparavant qui est méthodologiquement comparable.

Dr Peter Stratford

Références
(1) Cavalli G et coll. : Interleukin-1 blockade with high-dose anakinra in patients with COVID-19, acute respiratory distress syndrome, and hyperinflammation: a retrospective cohort study. Lancet Rheumatol., 2020 ; publication avancée en ligne le 7 mai. doi.org/10.1016/ S2665-9913(20)30129-6.
(2) Thomas Huet T et coll. : Anakinra for severe forms of COVID-19: a cohort study. Lancet Rheumatol., 2020 ; publication avancée en ligne le 29 mai. doi.org/10.1016/S2665-9913(20)30164-8

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Cytokines et tempête immunitaire !

    Le 04 juin 2020

    Formation de cytokines pro-inflammatoires tout comme les polyvaccins injectés aux NN pendant les 18 premiers mois de la vie, période où il faut absolument éviter toutes inflammations...

    Serge Rader (pharmacien)

Réagir à cet article