Angines à répétition de l’adulte : faut-il sauver les amygdales ?

Dans la plupart des pays européens, la pratique de l’amygdalectomie chez l’adulte s’est réduite de moitié en une vingtaine d’années. Une étude réalisée en Ecosse signalait toutefois que, dans la même période, les hospitalisations pour amygdalite avaient plus que doublé. Les recommandations actuelles pour l’amygdalectomie de l’adulte sont basées sur celles établies pour les enfants plutôt que sur des essais cliniques spécifiquement menés sur des adultes.

Un essai multicentrique a été réalisé dans 27 hôpitaux du Royaume-Uni, chez des patients présentant des amygdalites à répétition. Au total 453 patients adultes ont été randomisés. Les uns ont bénéficié d’une amygdalectomie (n = 233), les autres d’un traitement conservateur (n = 220). Le critère de jugement principal était le nombre de jours pendant lesquels le patient souffrait de maux de gorge, dans les 24 mois suivant la randomisation.

Moins de maux de gorge en cas d’intervention sur les amygdales

Force est de constater que les personnes ayant bénéficié de l’amygdalectomie présentent par la suite moins de maux de gorge que ceux de l’autre groupe. A la fin du suivi des 2 ans, 24 jours de douleur ont été signalés dans ce groupe, contre 30 dans l’autre groupe. Après ajustement pour le lieu de l’intervention et la gravité clinique initiale, l’incidence des maux de gorge dans le premier groupe est près de 2 fois inférieure à celle de l’autre groupe (IRR 0,53 ; intervalle de confiance à 95 % 0,43 à 0,65). Les auteurs précisent que le niveau d’expérience du chirurgien ne semble pas avoir d’impact sur ce résultat.

Les effets indésirables en rapport avec l’amygdalectomie ne sont toutefois pas exceptionnels, puisque 191 ont été dénombrés, chez 90 participants (39 %). Il s’agit le plus souvent de saignements (n = 54 chez 44 participants, soit 19 %). Les évènements indésirables graves incluent des saignements (n = 37 chez 34 patients, soit 15 %) et des infections (n = 6, soit 3 %).

Enfin, le rapport coût/efficacité de l’intervention, basé sur des estimations de la qualité de vie des patients, est favorable. Notons que dans le groupe amygdalectomie, 123 patients avaient présenté en moyenne 27 épisodes d’amygdalites en 7 ans, soit 3 fois plus que les 3 épisodes annuels préconisés actuellement dans les recommandations au Royaume-Uni pour décider d’une amygdalectomie.


Dr Roseline Péluchon

Références
Wilson JA et coll. : Conservative management versus tonsillectomy in adults with recurrent acute tonsillitis in the UK (NATTINA): a multicentre, open-label, randomised controlled trial.
Lancet. 2023 ; publication avancée en ligne le 17 Mai doi: 10.1016/S0140-6736(23)00519-6.

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (2)

  • Une troisième voie

    Le 07 juin 2023

    Bonsoir ,
    Il existe une 3ème possibilité : l'hemiamygdalectomie bilatérale au laser.
    Je n'ai pas trouvé de références mais cela semblait prometteur avec aussi l'amélioration de la ronchopathie si hypertrophie amygdalienne.

    Dr D.-P. Giudicelli

  • Amygdalectomie

    Le 13 juin 2023

    Il existe une quatrième voie: l'homéopathie. Un remède homéopathique bien choisi est aux amygdales ce que Greenpeace est aux baleines.

    Dr J-J Perret

Réagir à cet article