Bonne récupération motrice après un AVC grâce à la cérébrolysine…chez la souris

La récupération motrice après un AVC chez l'homme tout comme chez les rongeurs est sensible au temps. Elle est le résultat de modifications biologiques spontanées médiées par des mécanismes de réparation endogènes, probablement améliorées par des stimulations exogènes ciblant la plasticité synaptique. Des travaux récents sur le cerveau animal ont montré que la cérébrolysine, préparation polypeptidique, pouvait influer sur la neuroplasticité. Chez la souris, une étude a testé l'hypothèse que la cérébrolysine pouvait agir après un AVC pour améliorer la récupération motrice spontanée plus ou moins associée à l'entraînement.

Des souris ont ainsi été entraînées à effectuer une tâche de préhension, et, après un AVC déclenché, elles ont été divisées en 2 groupes selon l’administration ou non du mélange polypeptidique. Or, une récupération complète de la préhension a été mise en évidence, malgré un retard dans l'entraînement de rééducation, lorsque les souris ont reçu une administration quotidienne de cérébrolysine à partir du jour 1 post-AVC ou du jour 8 post-AVC. Lorsque la cérébrolysine était administrée le jour 1 post-AVC, la récupération s'est produite même en l'absence d’entraînement.

Des études antérieures ont montré que la récupération de la préhension post-AVC peut se produire si les animaux reçoivent un entraînement de rééducation au cours d'une période sensible précoce, mais qu'elle est incomplète si l'entraînement de rééducation est retardé. En revanche, cette étude suggère que l'administration, après un AVC, de cérébrolysine conduit à la récupération de la fonction motrice indépendamment de l'entraînement rééducatif, sans que cet effet protecteur résulte d'un changement du volume systolique lié au traitement. Il est probable que la cérébrolysine agit sur une variété de cibles pour stimuler de nouvelles constitutions de circuits, mais tous les mécanismes ne sont pas complétement déterminés, notamment pour expliquer pourquoi une récupération est constatée jusqu'à la troisième semaine après l'AVC. Reste à confirmer ce que ce traitement donnerait chez l’Homme…

Anne-Céline Rigaud

Référence
DeBoer SR et coll. : Enhanced Spontaneous Motor Recovery After Stroke in Mice Treated With Cerebrolysin. Neurorehabilitation and Neural Repair. 2021;35(6):525-533. doi:10.1177/15459683211000734.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article