Covid-19, l’espoir naquit un jour du FX06

Le peptide Bβ15-42, connu aussi sous le nom plus familier de FX06 est un produit naturel issu de la dégradation de la fibrine et composé de 29 acides aminés. Depuis 2005, ses propriétés biologiques ont été progressivement mises en évidence sur des modèles animaux d’ischémie ou d’ischémie-reperfusion, mais aussi dans des situations expérimentales d’œdème pulmonaire lésionnel. La protection de l’endothélium et de divers organes se double d’une action inhibitrice sur la production de diverses cytokines.

Un profil biologique voire pharmacologique plutôt attrayant face aux formes graves de la Covid-19 où le dysfonctionnement endothélial et l’orage cytokinique contribuent largement au pronostic. Le FX06 a déjà été utilisé de manière ponctuelle chez l’homme, dans le cadre d’un essai thérapeutique dédié à la prévention de l’ischémie-reperfusion observée dans les suites d’une angioplastie coronaire. Dans ce contexte, il a fait preuve d’une certaine efficacité, tout en étant bien toléré, mais il n’a jamais été utilisé dans le traitement des infections à coronavirus, notamment le SARS-CoV-2.

Dans un hôpital d’Allemagne, cette petite molécule a été administrée à six patients atteints de la Covid-19, dans un état critique. Tous présentaient un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), modéré ou sévère lors de l’admission en réanimation, qui avait nécessité le recours à une ventilation assistée. L’aggravation  de l’état clinique a conduit à recourir à une ECMO chez cinq d’entre eux en cours d’hospitalisation et à l’administration systématique d’une perfusion quotidienne de 400 à 600 mg de FX06 entre le 3ème et le 7ème jour de l’évolution. Dès le 3ème jour de ce traitement le rapport d’oxygénation PaO2/FIO2 a augmenté de manière nette pour revenir à son niveau basal d’avant le SDRA et se stabiliser par la suite.

Chute des taux d’IL-6 dès le début du traitement

Dès le premier jour du traitement, les taux sériques d’interleukine-6 (IL-6) ont diminué quasi-instantanément au point d’être divisés par deux pour se normaliser progressivement entre le 2ème et le 7ème jour. Une évolution similaire a été observée avec les taux sériques de noradrénaline.

Les radiographies pulmonaires de cinq patients sur six ont révélé une régression de l’œdème et des autres anomalies. Une hémodialyse a été par ailleurs nécessaire dans quatre cas. Quatre patients ont survécu. Les deux décès sont survenus dans un contexte de défaillance multiviscérale sous-tendue par un choc septique, donc sans rapport avec l’administration de FX06.

Cette petite série de cas ne peut que susciter des hypothèses et il est clair qu’il faudra au moins un essai randomisé pour les confirmer. Cependant, il faut souligner la cohérence entre le profil d’action biologique du FX06 et les effets observés chez ces patients atteints d’une forme particulièrement sévère de la Covid-19. La préservation de l’endothélium et l’immunomodulation, entre autres effets bénéfiques, ont pu contribuer à l’amélioration spectaculaire du rapport d’oxygénation, d’autant que peu avant et très rapidement, les taux sériques d’IL-6 commençaient à décrocher sérieusement.

Ce faisceau d’arguments concordants est certes nécessaire pour adhérer aux hypothèses, mais en aucun cas suffisant pour conclure à un triomphe du FX06 : de ce fait, les auteurs ont entrepris, sur le champ, un essai randomisé qui permettra d’en savoir plus assez rapidement, car la molécule sera logiquement évaluée chez les patients les plus éprouvés par le SARS-CoV-2.

Dr Philippe Tellier

Référence
Adam EH et coll. : Fibrin-derived peptide Bβ15-42 (FX06) as salvage treatment in critically ill patients with COVID-19-associated acute respiratory distress syndrome. Critical Care 2020. 24 : 574. doi.org/10.1186/s13054-020-03293-8.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article