Des drones pour empêcher les noyades : jetons nous à l’eau !

La noyade est l'une des principales causes de décès involontaire dans le monde. Une méta-analyse récente a mis en évidence l'importance de la rapidité des premières interventions, avec de courtes durées de submersion (< 5 min) et des délais de réponse brefs des services médicaux d'urgence (< 9 min). Le temps de submersion est le paramètre prédictif le plus puissant du pronostic. Réduire le temps nécessaire à l’envoi d’un dispositif de flottaison et prévenir l'immersion est donc d'une importance primordiale. Après la localisation de la victime et l'appel à l'aide, la priorité suivante est d'interrompre le processus de noyade en fournissant un engin de flottaison à la victime, ce qui peut s’avérer difficile, voire périlleux en raison de l'état de la mer, des courants et de la taille des vagues. Autant de missions qui pourraient être confiées à des véhicules aériens sans pilote (ou drone) qui peuvent aider à localiser précisément le nageur en difficulté et à lui fournir un dispositif de flottaison. L’intérêt des drones a déjà été suggéré pour le transport de défibrillateurs externes automatisés en cas d'arrêt cardiaque hors hôpital avant l'arrivée des services médicaux d'urgence.

L'objectif de cette étude de simulation menée en France sur trois plages de la côte Atlantique, redoutable pour ses « baïnes » mortelles, en juillet et août 2017 et de jour, a été d'évaluer l'efficacité d'un drone pour fournir un dispositif de flottaison dans différentes conditions de mer, et de comparer les temps pris par les opérations de sauvetage avec et sans drone. Des sauveteurs professionnels ont joué le rôle des victimes simulées entre 100 et 200 mètres de la côte.

Avantage au drone

Au cours de l'été 2017, 28 tests ont été effectués avec un Helper® Drone (www.helper-drone.com), spécialement conçu pour les mauvaises conditions météorologiques (résistance au vent en rafales jusqu'à 80 km/h, poids à vide : 4,5 kg, poids maximum au décollage : 6 kg, charge utile de 1,5 kg), équipé d'un parachute balistique s’éjectant de son boîtier à une hauteur de 3 mètres, limitant ainsi le risque de blessure lors du largage de la bouée de sauvetage gonflable dans l'eau.

L'utilisation du drone a été associée à une réduction du temps nécessaire à la mise à disposition d’un dispositif de flottaison à la victime simulée par rapport aux opérations de sauvetage standard (p < 0,001 pour toutes les mesures) et le temps a été réduit encore plus dans des conditions de mer modérément agitée (81 ± 39 vs 179 ± 78 secondes ; p < 0,001) et de mer agitée (99 ± 34 vs 198 ± 130 secondes ; p < 0,001). Le temps nécessaire au drone pour localiser la victime simulée, l’identifier et larguer la bouée de sauvetage n'a guère été modifié par les conditions météorologiques.

Cette étude est la première à démontrer qu'un drone spécialement conçu peut fournir un dispositif de flottaison rapidement et en toute sécurité, prenant ainsi sa place dans la chaîne de survie de la noyade, tout en préservant les sauveteurs des conditions de mer dangereuses.

L’auteur de cette traduction déclare savoir nager et ne déclare aucun conflit d’intérêt.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Seguin C, Blaquière G, Loundou A, Michelet P, Markarian T : Unmanned aerial vehicles (drones) to prevent drowning. Resuscitation, 2018; 127: 63-67. doi: 10.1016/j.resuscitation.2018.04.005.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article