Des femmes enceintes hyperactives

Depuis plusieurs années, le diagnostic et le traitement des troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ont pris une ampleur considérable, surtout aux États-Unis. En conséquence, un nombre croissant de femmes en période d’activité génitale recevant un traitement « contre l’hyperactivité » sont susceptibles d’être enceintes, alors qu’elles prennent un tel médicament (généralement d’ordre psychostimulant)[1]. La question se pose donc d’évaluer le rapport bénéfices/risques en la matière, mais il est d’autant plus difficile d’émettre un avis autorisé qu’il n’existe jusqu’à présent « aucun consensus sur le traitement des TDAH pendant la grossesse et le post-partum. »

Aucun « risque évident » n’a été démontré pour un traitement en début de grossesse, « mais la croissance du fœtus peut être réduite lorsque les psychostimulants sont utilisés en fin de grossesse. » A priori, ces produits psychostimulants « ne semblent pas associés à des malformations congénitales majeures », mais il faudrait documenter ce débat sur les risques possibles à court ou à long terme par des « données plus importantes sur leur tératogénicité éventuelle dans l’espèce humaine. » La sévérité clinique des troubles, leur retentissement, et la présence possible de comorbidités ont un impact sur les décisions thérapeutiques : traiter ou non les femmes enceintes « hyperactives » ? En général, la plupart de ces femmes peuvent « se passer avec succès » du traitement psychostimulant pendant leur grossesse. Mais dans certains cas, le bénéfice clinique de ce traitement « dépasse les risques connus ou supposés d’une exposition in utero pour l’enfant. »

Cependant, des approches alternatives (psychothérapeutiques) sont étudiées pour contrer les TDAH. L’auteur rappelle que des thérapies cognitivo-comportementalistes ont montré « un impact significatif sur les symptômes », notamment certaines stratégies de « coaching » pour aider les patientes à « améliorer leurs comportements et adapter leurs attitudes pour affronter les TDAH. » Ces stratégies peuvent « souvent suffire à améliorer le fonctionnement des intéressées durant la grossesse. »

[1] Désignés sous l’appellation courante d’« hyperactivité », les TDAH (adaptation française de l’anglais ADHD, Attention-Deficit Hyperactivity Disorder) sont traités communément par un produit psychostimulant (méthylphénidate ou ritaline). Mais ce contre-emploi apparent (stimuler encore des sujets hyperactifs !) alimente la controverse sur la réalité nosographique de l’hyperactivité et sur la prescription de médicaments psychotropes dès l’enfance : pourquoi prescrire un stimulant dans cette indication a priori paradoxale, une visée sédative ? Les partisans de ce traitement le justifient par son action prioritaire sur le déficit de l’attention (trouble primaire), cette restauration de l’attention (par une psychostimulation) pouvant calmer par ricochet le trouble secondaire (l’hyperactivité).

Dr Alain Cohen

Références
Freeman MP : ADHD and Pregnancy. Am J Psychiatry, 2014; 171: 723–728.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article