Deuxième phase de l’accouchement : quelle position?

La position de la femme lors du travail influe sur le déroulement de celui-ci : ainsi, la première phase de l’accouchement est raccourcie de plus d’une heure lorsqu’une parturiente sans péridurale est en position verticale par rapport à la position horizontale. Néanmoins, dans la période passive de la seconde phase, c’est-à-dire entre la dilatation complète et le début des efforts expulsifs, aucune position ne semble supérieure à une autre et il est donc recommandé de laisser aux femmes la liberté de choisir leur position.

Afin de mieux connaitre les pratiques effectivement suivies, une équipe française a questionné via internet 1 496 sages-femmes réparties dans 377 maternités.

En première phase du travail, la marche, le ballon et la douche sont presque toujours proposés. La plupart des sages-femmes conseillent la position assise ou latérale, la préférence allant à la position assise (41 %). Les plus jeunes offrent plus facilement le choix d’une douche ou du protoxyde d’azote.

Rôle du niveau de la maternité, de l’équipement et de l’âge des sages-femmes

En fonction du niveau de la maternité, le recours à la péridurale diffère significativement : il est de 75 % en niveau 2 et 73 % en niveau 3 tandis qu’en niveau 1 il n’est plus que de 57 %. Lorsque la péridurale est posée, les femmes sont installées dans différentes positions horizontales, essentiellement latérale. Les plus jeunes sages-femmes (moins de cinq ans d’expérience) proposent plus souvent la position à genoux ou assise.

Durant la phase d’engagement sans péridurale, les femmes sont installées en position horizontale ou utilisent le ballon. En niveau 1 la déambulation est plus souvent proposée. Sous péridurale, presque toutes les sages-femmes varient les positions et près d’un tiers ont recours au ballon, surtout les plus jeunes. La position latérale est néanmoins privilégiée.

Allant à l’encontre de ce portait décrivant une multiplicité de pratiques, le CIANE (Collectif Inter associatif Autour de la Naissance) affirme qu’une véritable liberté de mouvement n’est pas assurée. La réalité se situe sans doute entre les deux. A ce jour la France ne dispose pas de recommandations portant sur ce sujet. L’imminente publication RPC (recommandations pour la pratique clinique) sur l’accouchement normal permettra sans doute une amélioration des pratiques qui passe par une disponibilité suffisante des sages-femmes et un équipement adapté. En effet, seules 8 % des maternités proposent la péridurale ambulatoire et combien disposent d’une baignoire ?

Marie Gélébart

Référence
Barasinski C et coll : Positions during the first stage and the passive second stage of labor: A survey of French midwives. Midwifery 2018 ; 56 : e79-85.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article