Diabète persistant après la grossesse : dépister plus tôt ?

Dans les deux ans suivant l’accouchement, une intolérance au glucose apparaîtrait chez environs 20 % des femmes ayant eu un diabète gestationnel et un diabète de type 2 (DT2) est diagnostiqué chez 5 à 14 % des patientes. Le CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français) recommande un dépistage du DT2 lors de la consultation postnatale, par la glycémie à jeun ou l’HGPO (Hyper Glycémie Provoquée Orale à 75 g). Un dépistage qui semble trop peu souvent réalisé, en France comme ailleurs.

Une équipe américaine a cherché à savoir si un dépistage pratiqué durant le séjour du post-partum pouvait constituer une alternative pertinente. Elle a pour cela comparé les HGPO effectuées dans les 5 premiers jours suivant l’accouchement à celles effectuées dans les délais jusque-là préconisés, à savoir entre la 4ème et la 12ème semaine du post-partum, chez 167 femmes.

Efficacité d’une HGPO ou d’une mesure de la glycémie dans les 5 premiers jours du post-partum

Chez aucune des 73 femmes ayant une HGPO normale en post-partum immédiat n’ont été dépistés une intolérance au glucose (définie comme glycémie à H2 entre 140 et 199 mg/dl) ou un DT2 à distance. Parmi les 84 qui ont été étiquetées intolérantes en post-partum, 33 (39 %) ont eu une intolérance soit un DT2 par la suite. Et parmi les 10 patientes repérées comme ayant un DT2, 7 (70 %) ont été finalement effectivement intolérantes ou ont présenté un DT2. La valeur prédictive négative d’avoir un DT2 en ayant des valeurs normales ou de type intolérance est de 98 % (intervalle de confiance à 95 % : 94,5-99,6).

Repérer un diabète gestationnel permet de cibler les femmes vers lesquelles devront être tournés les efforts d’éducation hygiéno-diététique. Cependant, les larges critères de dépistages et les grandes disparités physiologiques durant la grossesse obligent à revenir à distance de l’accouchement sur le sujet afin de ne pas perdre de vue celles qui auront réellement besoin d’une prise en charge, ce qui n’est pas toujours possible, la visite du post-partum n’étant pas systématiquement effectuée. Un contrôle en post-partum immédiat semble judicieux, d’autres études sont nécessaires pour confirmer l’efficacité d’une HGPO dans les 5 premiers jours, ou pourquoi pas d’une simple glycémie à jeun/post prandiale.

Marie Gélébart

Référence
Waters TP, Kim SY, Werner E, et coll. : Should women with gestational diabetes be screened at delivery hospitalization for type 2 diabetes? Am J Obstet Gynecol., 2020; 222: 73.e1-11.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article