Douze semaines valent mieux que 6, entre 2 doses du vaccin Astra-Zeneca

L’immunogénicité et la sécurité d’emploi du vaccin anti-covid ChAdOx1 (Astra-Zeneca-Oxford) ont été testées initialement dans 4 essais randomisés contrôlés menés au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud. L’efficacité globale de 2 doses de vaccin a été confirmée dans une analyse intermédiaire concernant 131 cas symptomatiques de Covid-19 (données du 4 novembre 2020) venant de la cohorte brésilienne et de l’une des 2 cohortes du Royaume-Uni. Cette efficacité était de 70,4 %. Le vaccin a alors été autorisé suivant une procédure d’urgence au Royaume-Uni.

Les dernières informations sur l’efficacité portent désormais sur les 4 essais et 332 cas symptomatiques. Les analyses permettent d’évaluer, non seulement l’efficacité du vaccin, mais aussi les variations de cette dernière selon l’intervalle entre la primo-vaccination et le booster, et en cas d’administration d’une dose unique. Ces données concernent au total 17 178 personnes, les unes ayant reçu le vaccin anti-covid ChAdOx1 (n = 8 597), les autres un placebo (n = 8 581).

Quatorze jours après la seconde dose de vaccin, l’efficacité globale de celui-ci est de 66,7 % (intervalle de confiance à 95 % 57,4 à 74), avec 84 cas d’infection symptomatique (1 %) dans le groupe vaccin et 248 (2,9 %) dans le groupe contrôle. Il n’y a eu aucune hospitalisation après la période d’exclusion de 21 jours suivant le vaccin, dans le groupe vacciné, contre 15 dans l’autre groupe.

Les analyses complémentaires sur les patients ayant reçu une dose unique de vaccin montrent une efficacité de 76 %, entre 22 et 90 jours après l’injection, et la protection ne diminue pas pendant les 3 premiers mois. Cela est confirmé par l’observation des taux d’anticorps pendant cette période.

Taux d’anticorps deux fois plus élevé après 12 semaines

Mais, après une première dose standard, le booster assure une efficacité supérieure quand l’intervalle entre les 2 doses est plus long : l’efficacité vaccinale est de 81,3 % pour les patients chez lesquels la seconde dose a été délivrée après 12 semaines ou plus, contre 55,1 % pour ceux qui ont reçu le booster moins de 6 semaines après la première dose. Là encore, les données d’immunogénicité confirment l’observation clinique, avec des taux d’anticorps plus de 2 fois plus élevés après un intervalle de 12 semaines ou plus, en comparaison avec un intervalle de moins de 6 semaines, chez les patients de 18 à 55 ans.

Ces dernières données, non seulement confirment l’efficacité du vaccin anti-covid ChAdOx1, mais elles valident aussi les programmes visant à vacciner le plus possible de personnes par une première dose, en programmant un booster 3 mois plus tard. Cette stratégie semble être pertinente et comporte de nombreux avantages dans un contexte tendu de délivrance des vaccins.  

Dr Roseline Péluchon

Référence
Voysey M et coll. : Single-dose administration and the influence of the timing of the booster dose on immunogenicity and efficacy of ChAdOx1 nCoV-19 (AZD1222) vaccine: a pooled analysis of four randomised trials. Lancet , 2021 ; publication avancée en ligne le 19 février. doi: 10.1016/S0140-6736(21)00432-3.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Rappel en français

    Le 25 février 2021

    En français, il existe un mot pour désigner les injections qui suivent une primo-vaccination : le "rappel". Pourquoi utiliser le mot anglais "booster" ?

    Dr Marie-Anne Bach

  • Désespérant

    Le 01 mars 2021

    L'analyse exacte du Dr Péluchon sur un travail qui est loin d'être "sans intéret", par des gens fort crédibles car bons analystes (UK) : Rappel ou Pas aprés Astra-Zeneca-Oxford ? Quand ?
    Interférence avec le portage asymtomatique et la dynamique de circulation virale ?
    Autant de questions légitimes que peut poser le patient dont on attend le "Consentement Eclairé" par des réponses au plus prés de l'actualité scientifique.

    Les réponses : Oui - 12semaines - Impact probable à confirmer.

    Le commentaire unique 1 semaine après : Un rappel de sémantique appelant à la francophonie ou ... à la franchouillardise.

    A joke ?

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article