Du piment pour les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques sont associées à une réduction significative de la qualité de vie, du sommeil et de la sensation de bien-être psychologique. Plusieurs options thérapeutiques figurent en première ligne de leur traitement, parmi lesquelles les ligands des canaux calciques (prégabaline, gabapentine), les inhibiteurs de recapture de la sérotonine/norépinéphrine et les antidépresseurs tricycliques. Ces traitements ont démontré leur efficacité mais aussi leurs limites (sédation incomplète de la douleur, délai de titration, prises quotidiennes multiples, effets indésirables limitant les posologies et l’adhésion au traitement, risques d’addiction, etc.). En cas d’échec, les recommandations préconisent le tramadol, le patch à la lidocaïne 5 % ou le patch de capsaïcine à 8 %.

Ce dernier a montré son efficacité par rapport au placebo sur la réduction des névralgies post-herpétiques, de la neuropathie associée au VIH et des neuropathies diabétiques. Sur les neuropathies non diabétiques, le patch de capsaïcine a un effet non inférieur à celui de la prégabaline, avec une sédation plus rapide de la douleur et moins d’effets secondaires systémiques.

Réduction de la douleur et diminution de la consommation des autres antalgiques

Une équipe européenne vient de publier les résultats d’une étude non-interventionnelle, évaluant, dans la « vraie vie », l’efficacité et la tolérance au long cours (52 semaines) du patch à 8 % de capsaïcine sur des douleurs neuropathiques non diabétiques. Au total 420 patients ont été inclus.

Les résultats sont convaincants, puisque une réduction de 26,6 % (intervalle de confiance à 95 % [IC] 23,6 à 29,62) de la douleur apparaît à la 2ème  et à la 8ème semaine suivant la première application de patch. Cette réduction se manifeste tant pour les douleurs post-herpétiques que pour les lombalgies neuropathiques, les neuropathies post-chirurgicales ou traumatiques.

Un second patch est appliqué dans un délai moyen de 191 jours et 44 % des patients sont encore répondeurs (réduction d’au moins 30 % par rapport à la douleur initiale) et 86,9 % restent au même niveau de douleur qu’à la semaine 12. La réponse se maintient jusqu’à la semaine 52 avec une réduction moyenne de 37 % de la douleur chez 176 patients. Les auteurs remarquent que les personnes chez qui l’efficacité du traitement a été la plus brève sont aussi celles qui ont eu la réduction la plus importante entre la semaine 2 et la semaine 8. La majorité des patients estime que le traitement a apporté un changement global en terme de nombre de médicaments absorbés. Comme prévu et conformément à ce qui est relaté dans les précédents travaux, l’effet secondaire le plus fréquent est une réaction cutanée modérée et passagère au niveau du site d’application.

La capsaïcine est un composant chimique de la famille des alcaloïdes. Dans la nature, la capsaïcine se trouve principalement dans les piments.

Dr Roseline Péluchon

Références
Mankowski C. et coll. : Effectiveness of the capsaicin 8 % patch in the management of peripheral neuropathic pain in European clinical practice: the ASCEND study
BMC Neurology 2017 ; 17: 80

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article