Du sport pour prévenir l'hypertension artérielle au cours de la grossesse

Les pathologies hypertensives au cours de la grossesse, incluant l'hypertension gravidique et la pré-éclampsie, sont une des principales causes de mortalité et de morbidité maternelles.

Le but de cette méta-analyse était d'évaluer l'effet de l'exercice physique pendant la grossesse sur le risque d'apparition de la maladie hypertensive. 

Les bases de données électroniques ont été consultées depuis qu'elles existent jusqu'à février 2017. Le critère de sélection incluait seulement les essais randomisés contrôlés de femmes enceintes sans complication, avec grossesse de singleton, avant 23 semaines d'aménorrhée, qui étaient soumises ou non à des exercices d'aérobic, avec ou sans conseils diététiques. Le résultat principal concernait l'incidence des maladies hypertensives, définies soit comme hypertension gravidique, soit comme pré-éclampsie. Les auteurs ont également comparé les poucentages de césariennes, l'âge gestationnel à l'accouchement, le poids de l'enfant et les scores d'Apgar.

Vous êtes enceinte ? A vos baskets !

Dix-sept essais, incluant 5 075 femmes enceintes ont été analysés, 2 642 dans le groupe avec exercice et 2 429 dans le groupe contrôle. Parmi eux, 7 ont fourni les données relatives au résultat principal.

Les femmes randomisées en début de grossesse pour effectuer un exercice physique d'aérobic de 30 à 60 minutes, 2 à 7 fois par semaine, avaient un taux significatif plus bas de maladies hypertensives au cours de la grossesse (5,9 % vs 8,5 %; risque relatif RR = 0,7 ; intervalle de confiance à 95 % IC95 : 0,53 - 0,83 ; 7 études, 2 517 participantes).

Il en était de même concernant plus spécifiquement l'hypertension gravidique (2,5 % vs 4,6 % ; RR = 0,54 ; IC95 : 0,40 - 0,74 ; 16 études, 4 641 participantes) comparé au groupe contrôle. Le taux de pré-éclampsies était similaire dans les deux groupes (2,3 % vs 2,8 % ; RR = 0,79 ; IC95 : 0,45 - 1,38 ; 6 études, 2 230 participantes), mais la puissance de l'étude concernant cette donnée était jugée trop faible. Le taux de césariennes était diminué de 16 % dans le groupe pratiquant les exercices.

L'aérobic pratiqué 30 à 60 minutes 2 à 7 fois par semaine pendant la grossesse, comparé au fait de rester sédentaire, est associé à une diminution significative du risque de maladie hypertensive en général, d'hypertension gravidique et d'accouchement par césarienne. Plusieurs études récentes ont d'ailleurs mis en évidence une diminution des troubles hypertensifs au cours de la grossesse grâce à l'exercice physique, avec ou sans régime alimentaire associé, et ceci même chez les patientes diabétiques.

Notons que dans une autre publication les mêmes auteurs ont conclu sur la base d'une méta-analyse que, chez les femmes en surpoids ou obèses, 30 à 60 minutes d'exercice d'aérobic trois à sept fois par semaine s'associaient à une réduction du nombre des accouchements prématurés et constituaient une mesure préventive du diabète gestationnel.

Dr Charles Vangeenderhuysen

Références
Magro-Malosso ER et coll. Exercise during pregnancy and risk of gestational hypertensive disorders: a systematic review and meta-analysis. Acta Obstet Gynecol Scand., 2017 ; publication avancée en ligne le 12 avril. doi: 10.1111/aogs.13151
Magro-Malosso ER et coll. Exercise during pregnancy and risk of preterm birth in overweight and obese women: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Acta Obstet Gynecol Scand, 2017 ; 96 : 263-273. doi: 10.1111/aogs.13087

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article