Epidémie de Covid dans une crèche en Angleterre, les adultes d’abord

Lors du 3e épisode de confinement en Angleterre, les établissements qui accueillaient des enfants de 0 à 5 ans (les équivalents de nos crèches avec aussi des enfants plus âgés) sont restés ouverts. A l’inverse au-delà de 5 ans, les écoles étaient uniquement admissibles aux enfants vulnérables ou de travailleurs de métiers critiques. A l’échelle mondiale, il a été démontré un faible taux de transmission dans les établissements scolaires. Cependant, en Grande Bretagne, 2 épisodes de contamination dans des structures accueillant les plus petits ont été rapportés.

Des épidémiologistes de l’Université de Cambridge ont étudié une épidémie survenue dans un village du Comté en décembre 2020. La nurserie employait un personnel de 34 membres et hébergeait 83 enfants entre 6 semaines et 5 ans. Ceux-ci étaient répartis selon l’âge en unités séparées de 25 ou moins, sans qu’il y ait de mélange entre les enfants. Cependant, certains membres du personnel travaillaient dans plusieurs unités. Le 13 décembre, un membre du personnel et un enfant ont été testés positifs pour le SARS-CoV-2. Le lendemain, en raison de 16 cas positifs la crèche a été immédiatement fermée. Le 15, il a été effectué une revue détaillée du nombre de personnes contaminées et des pratiques de contrôle de l’infection.

Transmission rapide de l’infection

Les sujets infectés ont été interrogés sur leurs symptômes. Le cas index, un membre du personnel, ne présentait pas les symptômes classiques de la maladie, fièvre, toux ou anosmie/agueusie mais était enrhumée le 8/12 en prenant son service. Elle n’a pas repris son travail et a eu ultérieurement de la fièvre et une toux. Le test effectué le 11, a été révélé positif le 14/12. L’infection s’est répandue rapidement aux membres du personnel y compris ceux qui travaillaient en cuisine puis a gagné les enfants. Au total, 24 adultes (71 % du personnel) et 21 enfants (25 %) ont été infectés. Les symptômes des adultes étaient un rhume (19 %), des douleurs (9 %), une toux (9 %), une pharyngite (9 %), des céphalées (5 %), une fièvre (5 %), une diarrhée (5 %) ou d’autres symptômes (5 %) mais 29 % étaient asymptomatiques. Sur les 21 enfants infectés, 52 % étaient asymptomatiques, 9 (43 %) étaient symptomatiques : 24 % étaient fébriles, 19 % avaient une toux, 5 % d’autres symptômes. Aucune tranche d’âge n’était épargnée, même les plus petits. L’infection s’est répandue très rapidement initialement aux adultes puis aux enfants.

Deux des membres du personnel ont été hospitalisés dont l’un a été ventilé.

L’épidémie est survenue avant l’extension de la vaccination des adultes et on ne peut exclure une contamination externe supplémentaire. Au moment de cette épidémie de crèche, l’identification du variant α, B.1.1.7 était largement pratiquée par dépistage du gène « S gene target failure (SGTF) » ; un des cas était porteur de ce variant ; les autres n’ont pas eu de recherche génomique mais il est probable qu’il était aussi en cause le variant delta étant apparu en juin 2021.

En conclusion, la diffusion du SARS-CoV-2 au cours de cette épidémie de crèche s’est faite rapidement avec un taux de transmission élevé. Les raisons étaient probablement liées au variant mais surtout à l’insuffisance des mesures de contrôle de l’infection.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Roberts RJ et coll. : Outbreak of SARS-CoV-2 in a children’s nursery in the United Kingdom. Pediatr Infect Dis J 2021;40:e455-e458.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Pas d'indication vaccinale pour une population saine

    Le 03 décembre 2021

    Si avec ces cas rapportés, les français se se rendent pas compte que notre Gouvernement applique le bon principe "si vous voulez conduire un peuple où bon vous semble, faites lui peur. Ça marche à tous les coups ", je ne sais pas ce qu'il faudra.
    La preuve que la vaccination n'a pas d'indication pour une population saine, sans "comorbidité". Sinon il faudra vacciner aussi les enfants contre les rhumes tous les ans, voire tous les six mois, l'immunité vaccinale baissant dramatiquement, tous les ans avec un "vaccin" ARN polyvalent.

    Dr Louis-Claude Le Gueult

Réagir à cet article