Face à face : les deux vaccins contre le zona

Un vaccin vivant atténué contre le zona est disponible depuis plusieurs années en France. Recommandé pour la prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez les sujets de plus de 50 ans, il est actuellement remboursé par l’assurance maladie pour les personnes de 65 à 79 ans. Ce vaccin est contre-indiqué chez les personnes immuno-déprimées (hormis l’immuno-dépression liée à l’âge). Récemment, un nouveau vaccin recombinant adjuvé a été autorisé au Canada, États-Unis, Europe et Japon. Il n’est pas encore disponible en France.

Une revue récente de la Cochrane a comparé l’efficacité du vaccin vivant atténué et celle du vaccin recombiné. Elle excluait toutefois les essais dont les participant étaient âgés de plus de 60 ans ou étaient immunodéprimés. C’est ainsi que l’un des essais les plus vastes, incluant 22 000 participants, s’est retrouvé exclu de cette méta-analyse, qui rejetait aussi les études observationnelles, une source pourtant importante de données concernant la tolérance du vaccin. Il est donc intéressant de prendre connaissance des résultats de cette nouvelle revue systématique ne possédant pas ces critères d’exclusion.

Au total, 27 études (dont 22 essais randomisés), incluant plus de 2 millions de patients, ont été retenues dans cette méta-analyse. Les résultats suggèrent que le vaccin recombinant adjuvé est supérieur au vaccin vivant atténué (efficacité vaccinale de 85 % ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 31 % à 98 %) et au placebo (94 % ; 79 % à 98 %) pour la prévention du zona. Il est toutefois impossible d’affirmer sa supériorité pour la prévention du zona ophtalmique et des névralgies post-zostériennes. Par ailleurs, le vaccin recombiné adjuvé semble associé à 30 % de plus de risque d’effets indésirables au niveau du site d’injection par rapport au vaccin vivant atténué et à 5 fois plus qu’avec le placebo. En revanche, il n’apparaît pas de risque supérieur d’effets indésirables graves, ni de pathologies auto-immunes ou de décès.
 
Plusieurs questions restent donc sans réponse. L’efficacité du vaccin recombiné adjuvé pour les patients immuno-déficients est par exemple incertaine, de même que la nécessité ou non d’un rappel. D’autres travaux devront préciser ces points, de même que l’efficacité relative du vaccin sur la prévention du zona ophtalmique et des névralgies post-zostériennes.
 

Dr Roseline Péluchon

Références
Tricco AC et coll. : Efficacy, effectiveness, and safety of herpes zoster vaccines in adults aged 50 and older: systematic review and network meta-analysis. BMJ 2018;363:k4029.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article