Fibrillation auriculaire : l’importance du profil de risque se confirme

L’allongement de la durée de vie s’est assez logiquement accompagné d’une augmentation de l’incidence des pathologies liées à l’âge. C’est le cas par exemple de la fibrillation auriculaire (FA). A 40 ans, le risque qu’un homme présente au cours de sa vie une FA est désormais estimé entre 17 % et 26 %, et entre 21 % et 23 % pour une femme. Les données ne sont toutefois pas claires concernant l’impact des facteurs de risque sur ce risque à vie. En dehors de l’âge, plusieurs autres facteurs de risque ont en effet été identifiés : le tabagisme, l’abus d’alcool, l’hypertension, l’obésité, le diabète, l’infarctus myocardique, l’insuffisance cardiaque. Pour préciser l’association entre ces facteurs de risque et le risque à vie de FA, une équipe internationale a repris les données de l’étude de Framingham. Le risque de FA est déterminé pour les âges de 55, 65 et 75 ans, et selon que les facteurs de risque sont considérés comme optimaux, limites ou élevés (au moins 1 facteur de risque élevé).

Un risque de FA de 37 %

L’analyse des données fournit plusieurs enseignements intéressants. Il apparaît en premier lieu que le risque à vie de FA pour les personnes de 55 ans s’élève à 37 %, plus élevé chez les hommes que chez les femmes, et augmente avec les facteurs de risque. Avec un profil de facteurs de risque optimal, la probabilité de FA est de 23,4 %, passe à 33,4 % avec un profil « borderline », et atteint 38,4 % en présence d’un profil de risque élevé. Finalement, avoir 1 seul facteur de risque élevé est associé à un risque à vie de FA d’un tiers. L’influence du profil de risque est sensiblement la même à 65 ans et à 75 ans.

Dans la cohorte étudiée, seulement 4,6 % des personnes incluses présentaient un profil de risque optimal, 26,5 % un profil limite, et 68,9 % un profil de risque élevé. Sans surprise, la prévalence des facteurs de risque élevés augmente progressivement avec l’âge, le facteur le plus souvent présent étant l’hypertension artérielle.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Staerk, L. et coll. : Lifetime risk of atrial fibrillation according to optimal, borderline, or elevated levels of risk factors: cohort study based on longitudinal data from the Framingham Heart Study. BMJ 2018;360:k1453.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article