La psychiatrie dans le rétro (de 2018)

Comme à l’accoutumée, les éditorialistes de l’American Journal of Psychiatry nous proposent leur vision rétrospective de l’année psychiatrique écoulée. Pour 2018, les auteurs ont retenu huit thèmes principaux :

– La revalorisation de la relation médecin-malade :

L’auteur parle même du retour à « l’alliance » entre les deux protagonistes du célèbre « colloque singulier. » En résumé, le traitement doit reposer sur « une meilleure prise de conscience par le praticien des obstacles rencontrés par les patients et sur un effort plus ciblé pour les aider à poursuivre leur traitement. »

– À la poursuite d’un mécanisme pour comprendre la neurobiologie du suicide :

Si la place accordée à la dimension inflammatoire est désormais croissante en psychiatrie, même dans les contextes dépressifs, il reste à expliquer comment « des processus pro-inflammatoires dans le cerveau contribuent à des changements d’états neuronaux », à l’origine de pensées ou d’actes suicidaires.

– « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas » :

L’éditorialiste de l’American Journal of Psychiatry cite ce proverbe (attribué au philosophe chinois Lao-Tseu) pour rappeler que, malgré leur caractère encore balbutiant, les recherches scientifiques sur l’efficacité des psychothérapies vont dans le bons sens.

– Propranolol et syndrome de stress post-traumatique :

Un essai contrôlé sur le traitement du syndrome de stress post-traumatique a montré en 2018 « un bénéfice clinique de l’apport du propranolol » (le bêta-bloquant bien connu). Le mécanisme d’action serait « l’inhibition de la récupération des souvenirs traumatiques. » Pour la psychiatrie, cette découverte confirme l’importance de s’intéresser aussi aux médicaments venus a priori d’une autre spécialité.

– Intérêt d’une luminothérapie comme traitement adjuvant de la dépression :

Une étude publiée en 2018 a montré que la luminothérapie par une lumière vive (comparable à celle d’un milieu de journée, 7 000 lux) présente une « efficacité significative » (taux de rémission de 68,2 %) comme traitement adjuvant de la dépression, relativement au placebo. Un type de traitement jugé « particulièrement approprié » pour les adolescents, les femmes enceintes ou les sujets fragiles.

– Le vieillissement épigénétique dans le trouble dépressif majeur :

Actives en 2018, les recherches sur « l’horloge épigénétique »[1] suggèrent que l’âge de méthylation[1] est « plus élevé en cas de dépression » et indiquent un « chevauchement entre le vieillissement chronologique et des mécanismes épigénétiques. » Ces résultats confirment « les risques de la dépression sur la santé et sur la mortalité. »

– Vers une cartographie des gènes cibles de médicaments antipsychotiques

Grâce aux travaux du Consortium de génomique psychiatrique[2], nous connaissons en 2018 dans le génome humain « 108 loci à risque de schizophrénie », ce qui représente désormais « un nombre suffisant » pour appliquer à cette recherche des gènes à risque (cibles de médicaments potentiels) « les outils d’une discipline émergente très prometteuse, la science des réseaux (network science)[3] ».

– Importance des soins intégrés

Comme dernier thème, les auteurs retiennent « l’élaboration d’un modèle de soins intégrés au sein de notre système de santé », un sujet évoqué en 2018 par Le Journal des Résidents, le supplément de l’American Journal of Psychiatry à destination des jeunes médecins. Permettant d’améliorer la santé des malades mentaux, ces soins intégrés contribueront aussi, en collaboration avec les diverses spécialités, à combattre la stigmatisation qui « continue à persister profondément dans notre culture. »  

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Epigenetic_clock & http://www.longlonglife.org/fr/transhumanisme-longevite/vieillissement/epigenetique-vieillissement-longevite/horloge-epigenetique-un-outil-puissant-de-mesure-du-vieillissement/
[2] https://www.med.unc.edu/pgc
[3] https://en.wikipedia.org/wiki/Network_science

Dr Alain Cohen

Référence
Freedman R et coll.: 2018 in review. Am J Psychiatry 2018; 175:1163–1166.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article