La revaccination par le BCG réduit le taux d’infections durables

Mycobacterium tuberculosis est à l’origine de plus de décès dans le monde que n’importe quel autre agent infectieux. L’émergence de souches résistantes et multi-résistantes est devenue un problème de santé publique. En interrompant la transmission, la vaccination pourrait avoir un effet majeur sur le contrôle de ces souches multi-résistantes. Le H4:IC31, un candidat vaccin, a montré son efficacité contre la tuberculose dans des modèles précliniques. Un essai de phase II a été réalisé, dont les résultats sont publiés par le New England Journal of Medicine.

Au total, 990 adolescents de 12 à 17 ans ont été inclus, vivant dans une zone à haut risque de tuberculose. Tous avaient reçu un BCG à la naissance et avaient un test négatif pour M. tuberculosis au Quantiferon-TB Gold, et pour le VIH. Ils ont été randomisés en 3 groupes, pour recevoir soit le candidat vaccin H4:IC31 (n=308), soit une revaccination par le BCG (n=312), soit un placebo (n=310). Les critères principaux de l’étude étaient la sécurité du vaccin et l’acquisition d’une infection à M. tuberculosis, définie par la conversion du Quantiferon réalisé tous les 6 mois pendant 2 ans. Étaient évaluées aussi l’immunogénicité des vaccins et la persistance de la positivité du Quantiferon à 3 et 6 mois.

Le BCG et le H4:IC31 ont été tous deux immunogéniques. Le Quantiferon s’est positivé chez 44 des participants du groupe ayant reçu le H4:IC31 (14,3 %), 41 du groupe BCG (13,1 %) et 49 du groupe placebo (15,8 %). Ni le candidat vaccin, ni le BCG n’ont donc constitué une barrière contre une conversion initiale du Quantiferon, avec une efficacité de 9,4 % et 20,1 %.

Deux fois plus de retours à la normale que dans le groupe placebo

En revanche, le taux de maintien de la conversion a été de 8,1 % dans le groupe du candidat vaccin, de 6,7 % dans le groupe BCG et de 11,6 % dans le groupe placebo. L’information importante de cette étude est que la revaccination par le BCG réduit significativement le taux de maintien de la conversion, avec une efficacité de 45,6 %, alors que l’efficacité du H4:IC31 sur ce point est de 30,5 %. Cet effet notable du BCG s’explique par la normalisation du Quantiferon 6 mois après la conversion, effet presque deux fois supérieur à celui constaté dans le groupe placebo.

De plus, la tolérance des vaccins a été bonne et sensiblement identique dans les 3 groupes, si l’on excepte les réactions au point d’injection, plus fréquentes chez les patients ayant reçu le BCG. 

Ces résultats devraient être à l’origine d’une réflexion intéressante sur la prévention de l’infection à M. tuberculosis et fournissent un signal prometteur quant à l’utilisation du BCG en revaccination des populations non infectées. Ils sont aussi encourageants pour la poursuite d’essais cliniques avec des candidats vaccins.  

Dr Roseline Péluchon

Référence
Nemes E. et coll. : Prevention of M. tuberculosis Infection with H4:IC31 vaccine or BCG revaccination. N Engl J Med 2018 ; 379 : 138-149.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • BCG

    Le 03 août 2018

    Enfin !
    Dr ML S-L

  • Revaccination par le BCG chez les immuns ?

    Le 05 août 2018

    J'avais comme notion qu'il ne fallait pas administrer un BCG aux sujets encore immunisés par un précédent BCG (donc hébergeant toujours le bacille atténué) au risque de provoquer une escarre de rejet au point d'injection. Or ici (idem dans le full text et ses annexes) il n'est pas tenu compte de cet état immunitaire (habituellement recherché par IDR).
    Ais-je raté qq chose ? Me tromperais-je ? Probablement... mais...

    Dr Yves Gille

  • Revaccination par le BCG chez les immuns ?

    Le 06 août 2018

    Question suite au commentaire du Dr Gille: d'où vient cette "notion" de ne pas revacciner?
    Je n'ai jamais eu cette notion, jamais entendu parler d'une telle recommandation.
    Mais je n'ai pas la science infuse
    Avez vous une référence en ce sens?
    Cela me semblerait contradictoire avec la BCG-thérapie dans les néo de la vessie, la re-re-re-vaccination étant la règle dans ce cas, sans effet secondaire notable.
    Ne confondez-vous pas avec l'IDR phlyctenulaire?
    IDR et vaccination BCG sont bien différentes: broyats dans IDR, bacilles vivants, donc encapsulés de cires dans BCG, intradermique dans un cas et pas dans l'autre.


    Dr Christophe Labbé

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article