L’apprentissage du diagnostic intuitif

Vous avez certainement entendu parler des réseaux de neurones artificiels, capables d’apprendre à diagnostiquer les mélanomes. Les auteurs de ce travail ne le disent pas, mais c’est une technique similaire qu’ils proposent d’appliquer ici à l’apprentissage du diagnostic par les neurones des étudiants en médecine !

Il y a deux façons d’enseigner le diagnostic des mélanomes : par une méthode analytique suivant les règles ABCDE, et par une méthode intuitive, consistant à examiner des milliers d’images pour apprendre à distinguer « intuitivement », et en tout cas très rapidement, lésions bénignes et lésions malignes. Ce type de diagnostic est considéré comme reproduisant les performances des dermatologues expérimentés, capables d’impressionnants diagnostics « au premier coup d’œil ».

Trente-six étudiants en médecine, n’ayant pas appris la dermatologie, ont participé à un essai comparatif. Tout d’abord, on a testé leur capacité diagnostique sur 32  images de naevus ou de mélanomes ; 75 % de leurs diagnostics étaient exacts. Ensuite, la moitié d’entre eux a suivi, sur smartphone, un enseignement traditionnel basé sur la règle ABCDE, et l’autre moitié a suivi, toujours sur smartphone, une sorte d’entraînement au diagnostic intuitif en regardant de nombreuses images de lésions. A la suite de ces apprentissages d’une heure (mais l’attention n’a pas persisté au-delà des 30-40 premières minutes), le test a été répété. Les étudiants du groupe intuitif ont donné 86,3 % de bonnes réponses, et ceux du groupe traditionnel 77,5 %.

Cette étude confirme donc l’intérêt de l’apprentissage intuitif, que l’on peut aussi proposer aux médecins généralistes, aux infirmières et évidemment au grand public.   

Dr Daniel Wallach

Référence
Lacy FA et coll. : Assessment of Smartphone Application for Teaching Intuitive Visual Diagnosis of Melanoma. JAMA Dermatol 2018 ; 154 : 730-731.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Expertise et intuition

    Le 09 août 2018

    Le raisonnement intuitif n'existe pas. Ce qui existe en revanche ce sont des soft signs qui vont enrichir une expérience. La répétition confère une expertise, et c'est cette expertise qui constitue l'intuition même si non verbalisée comme telle. Voir des milliers d'image de mélanome confère de l'expertise, pas de l'intuition. C'est ça qui était testé ici, même si c'est plus vendeur de parler d'intuition.

    A. B.

  • Un biais de cette étude

    Le 10 août 2018

    Cela montre juste que la meilleure méthode d’apprentissage reste la répétition, l’exercice. Biais de l’étude : la méthode ABCDE est connue de beaucoup d’étudiants avant même de l’avoir abordée en cours. Les étudiants qui connaissent donc un brin de théorie et font beaucoup de pratique ont le plus de chances de faire le bon diagnostic.

    J. Gabbay

  • Tout dépend ce que l'on défini par intuition

    Le 14 août 2018

    L'expérience d'apprentissage d'une discrimination visuelle des lésions n'a rien d'intuitif. Je suis totalement d'accord avec A.B.
    Intuition, introspection, ce ne sont que l'automatisation d'un schème mental de démarche diagnostic. Et pour automatiser, c'est l'expérience qui permet de ne plus se dire :"bon, la prochaine étape c'est...". La fluidité, c'est le raccourcissement des temps de latence entre les différentes séquences de logique, voir la suppression de quelques étapes.

    Quand on apprend, on part de la lésion et on applique l'algorithme avec des adductions successives (diagnostics différentiels) = démarche déductive.
    Un expert lui, part d'une hypothèse tirée de son importante expérience visuelle et la vérifie, démarche inductive.
    On refait le monde ? Allez voir dans l'ergonomie mentale ou la pédagogie pour comprendre la différence qui existe dans les raisonnement d'un novice et d'un expert.

    On a donné à ces étudiants "intuitifs" un référentiel d'images que n'ont pas les autres. Identifier quelque chose que l'on a jamais ou très peu vu... je vous fais un dessin ?!

    C. Durand

Réagir à cet article