Les crèmes « anti-vergetures », c’est bon pour…le moral !

L’apparition de vergetures, le plus souvent sur l’abdomen, est fréquente durant la grossesse, tout d’abord sous la forme de bandes pourpres  qui vont, à distance de l’accouchement, laisser une trace cicatricielle claire. Du fait qu’elles ne constituent pas un risque pour la grossesse, le corps médical s’y est peu intéressé jusqu’à plus récemment, où leur impact sur la qualité de vie a été mis en avant. Nombreuses sont les femmes enceintes qui craignent l’apparition de vergetures, véritable source de stress pour elles.

Une des méthodes les plus communes pour « combattre » les vergetures est l’utilisation de crèmes pendant et après la grossesse. Si les vergetures affectent modérément la qualité de vie des femmes, qu’en est-il de l’effet de l’usage de crème sur leur moral ?

Une cohorte de 156 patientes japonaises a bien voulu répondre à un questionnaire portant sur le sujet. Il s’avère que 77 % d’entre elles ont utilisé des crèmes pour prévenir l’apparition de vergetures : ce sont surtout les plus jeunes et les primipares (91 %) qui y ont eu recours. Elles ont débuté la prévention vers 21 SA, y ont consacré moins de 5 minutes par jour et pour 59 % d’entre elles moins de 35 euros durant la grossesse.

La peau abdominale de ces femmes a été examinée, les vergetures classifiées et l’hydratation analysée : comme cela a déjà été montré, il n’existe pas de corrélation entre la démarche de prévention et la présence ou la sévérité des vergetures. Le  taux d’hydratation des tissus n’impacte pas non plus leur apparition. A 38 SA, on n’observe pas de diminution de la fréquence des vergetures entres les femmes qui ont utilisé des crèmes et celles qui n’en ont pas utilisé, bien que le taux d’hydratation de la couche cornée se soit révélé supérieur dans le premier cas.

Par contre, les femmes qui recourent aux crèmes ont un score émotionnel (au questionnaire Skindex 29 destiné à évaluer l’impact des affections cutanées sur la qualité de vie) significativement plus élevé que celui des femmes qui n’en utilisent pas. La présence ou non de vergetures n’a pas d’influence sur ce score. A contrario,  les femmes atteintes de vergetures qui n’ont pas utilisé de crèmes ont un score émotionnel plus important que celles qui, avec les mêmes vergetures, ont utilisé des crèmes.

A défaut de faire disparaitre les vergetures, l’usage des crèmes est donc sans doute bénéfique pour le moral des femmes !

Marie Gélébart

Référence
Yamaguchi K. et coll. : Prevention of striae gravidarum and quality of life among pregnant Japanese women. Midwifery 2014; 30: e595-e599

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article