Les orthèses d’avancée mandibulaire pour un SAOS sont plus efficaces chez les femmes !

La CPAP (continuous positive airways pressure) est assurément le pilier du traitement du syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) mais elle a ses limites. Certains patients se refusent à ce traitement, tandis que d’autres ne peuvent le tolérer : dans ces cas, les orthèses d’avancée mandibulaire (OAM) effectuées sur mesure constituent une option thérapeutique qui a fait la preuve de son efficacité. Cependant, les variables prédictives de la réponse au traitement restent mal connues.

ORCADES est une étude multicentrique prospective française qui s’est fixé comme objectif l’évaluation du bénéfice clinique à long terme d’une OAM sur mesure en termes d’efficacité et d’acceptabilité. Les données recueillies ont permis de comparer les résultats obtenus en fonction de divers facteurs ou variables, dont le sexe. Cette étude a inclus des patients atteints d’un SAOS modéré ou sévère chez lesquels la CPAP n’avait pu être utilisée, du fait d’un refus d’emblée ou d’un échec secondaire lié à un défaut d’observance, quelle qu’en soit la cause. Le principal critère d’efficacité était défini par l’effet de l’OAM sur l’index d’apnées et d’hypopnées (IAH): soit une diminution ≥ 50 %, soit une réponse plus ou moins complète selon la valeur-seuil atteinte (< 5/h, < 10/h ou encore < 15/h).

Taux de succès de 100 % chez les femmes qui souffrent d’un SAOS sévère

Le taux global de succès thérapeutique s’est avéré plus élevé chez les femmes, soit  89 % versus 76 % chez les hommes (p = 0,019). Les valeurs correspondantes, en cas de SAOS sévère (IAH >30/h) ont été respectivement de 100 % et 68 % (p = 0,0015). Les mêmes différences liées au sexe ont été observées dans le cas des réponses partielles ou complètes : (1) < 5/h : 49 vs 34  % (p = 0,0052) ; (2) < 10/h : 78 % vs 62 % (p = 0,016) ; (3) <15/h : 92 % vs 76 % (p = 0,0032). Une analyse multivariée a révélé que chez les hommes, les variables prédictives du succès thérapeutique étaient la surocclusion et l’IAH basal. Dans le sexe féminin, deux autres variables ont joué ce rôle, à savoir la circonférence du cou et l’absence de CPAP dans les antécédents. L’acceptabilité du traitement s’est avérée satisfaisante, son interruption étant le plus souvent due à des douleurs impliquant les articulations temporomaxillaires.

Les orthèses d’avancée mandibulaires sur mesure utilisables dans le traitement symptomatique du SAOS semblent plus efficaces chez la femme que chez l’homme, quelles que soient  la sévérité de ce dernier ou encore l’amplitude de la réponse thérapeutique.

Dr Philippe Tellier

Référence
Vecchierini MF et coll. : Sex differences in mandibular repositioning device therapy effectiveness in patients with obstructive sleep apnea syndrome. Sleep Breath. 2018 (22 décembre) : publication avancée en ligne le 22 décembre. doi: 10.1007/s11325-018-1766-8.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article