Maladies oculaires et systémiques associées, peut-être un risque de démence accru

Une déficience visuelle peut être la manifestation inaugurale d’une démence, mais elle pourrait aussi accélérer la progression des troubles cognitifs qui s’installent ensuite. Des études le plus souvent transversales plaident par ailleurs en faveur d’un lien entre les troubles de la vision et le déficit cognitif de certains sujets âgés, le lien de causalité restant difficile à établir. La maladie cardiovasculaire, le diabète ou encore les accidents vasculaires cérébraux (AVC) exposent également à un risque accru de démence notamment vasculaire, d’autant plus qu’elles n’épargnent pas toujours les voies visuelles. Qu’en est-il quand ces dernières s’associent à des affections oculaires chroniques ? Pour tenter de répondre à cette question, les données de 12 364 adultes âgés de 55 à 73 ans inscrits dans les fichiers de l’UK Biobank ont été analysées. Une évaluation initiale de l’état clinique et oculaire avait été faite entre 2006 et 2010 et le suivi allait jusqu’au début de l’année 2021.

Au terme d’un suivi total de 1 263 513 sujets-années, étaient ainsi dénombrés 2 304 cas de démence diagnostiqués à partir des comptes-rendus d’hospitalisation, des certificats de décès ou encore des affirmations du patient ou de sa famille.

DMLA et diabète, une association à haut risque entre autres

Les analyses multivariées avec ajustements multiples ont mis en évidence des associations plus ou moins étroites, voire non significatives entre certaines affections oculaires présentes à l’état basal et le risque ultérieur de démence exprimé sous la forme d’un hazard ratio ajusté (HRa) avec un intervalle de confiance (IC) à 95 % : (1) dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) : HRa = 1,26 (1,05 à 1,52) ; (2) cataracte : 1,11 (1,00 à 1,24) ; (3) rétinopathie diabétique : 1,61 (1,30 à 2,00) ; (4) glaucome : 1,07 (0,92 à 1,25). Le diabète, les cardiopathies, les antécédents d’AVC et les troubles dépressifs étaient autant de pathologies associées à un risque accru de démence.

La combinaison d’un diabète et d’une DMLA à l’état basal est apparue être la plus préoccupante quant au risque de démence, le HRa correspondant étant en effet estimé à 2,73 (IC 95 % 1,79 0 4,17). Une cataracte combinée à une des affections systémiques évoquées majoraient également ce risque, le HR étant compris entre 1,19 et 2,29, comparativement à la maladie oculaire isolée. Il en a été de même pour l’association d’une rétinopathie diabétique et d’une maladie systémique avec un HR alors compris entre 1,50 et 3,24.

Cette étude porte sur un effectif important, mais a aussi de nombreuses limites : l’exploitation d’une base de données, même remarquablement tenue telle l’UK BioBank ne saurait répondre aux exigences des études longitudinales qui font défaut dans le domaine étudié. Ces résultats n’en attirent pas moins l’attention sur les liens possibles ou probables entre certaines affections oculaires et le risque de démence, surtout quand elles s’associent à des affections systémiques connues pour majorer ce dernier. A cet égard, DMLA et rétinopathie diabétique, voire cataracte semblent particulièrement bien placées a fortiori quand une affection systémique telle un diabète ajoute sa note au tableau clinique chez des sujets qui ne sont pas tout jeunes.  

Dr Giovanni Alzato

Référence
Shang X et coll. : Associations of ophthalmic and systemic conditions with incident dementia in the UK Biobank. Br J Ophthalmol., 2021 ; publication avancée en ligne le 13 septembre. doi: 10.1136/bjophthalmol-2021-319508.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article