Mise en jeu de la fonction cardiovasculaire dans le football américain

Le football américain est un sport collectif opposant deux équipes de onze joueurs qui alternent entre la défense et l'attaque. Le but du jeu est de marquer des points en portant ou lançant le ballon jusqu'à la zone du but adverse. Un nombre croissant de données mettent en évidence une association entre la pratique du football américain et l’altération de certains paramètres cardiovasculaires avec pour conséquence l’élévation de la pression artérielle, l’installation d’une rigidité artérielle et la diminution de la fonction ventriculaire gauche.

Par ailleurs, de nombreux de cas de syndrome d’apnée/hypopnée du sommeil (SAHS) ont été rapportés chez les étudiants et les professionnels qui pratiquent le football américain.

Restait à savoir si, dans cette population particulière de sportifs, il existait ou non une corrélation entre l’altération des paramètres cardiovasculaires et la mise en évidence d’un SAHS. C’est ce qui a conduit Kim et coll. à tenter de le déterminer en s’appuyant sur les données d’une étude portant sur 40 étudiants qui pratiquaient le football américain.

Les participants ont bénéficié, avant et après la saison sportive, d’un examen clinique associé à une échocardiographie (visant à étudier le cœur et la fonction ventriculaire) et à une technique de tonométrie d'aplanation vasculaire (visant à évaluer la vitesse de l’onde de pouls et la rigidité artérielle).

La qualité du sommeil a été évaluée par tonométrie artérielle périphérique, (un substitut validé de la  polysomnographie) effectuée grâce au  WatchPAT-200 (Itamar Medical Ltd., Caesarea, Israël).
Sur les 40 étudiants, 22 (55 %)  avaient un SHAS avec un indice d’apnée/hypopnée ≥ 5.

Une plus grande vélocité de l’onde de pouls sur la ligne de mêlée

Comparés aux participants restés indemnes de tout SAHS, ceux qui en étaient atteints étaient plus corpulents  (109 ± 20 vs 92 ± 14 kg ; p = 0,004) et jouaient plus souvent sur la ligne de mêlée (83 % vs 50 % ; p = 0,03) ; par ailleurs, ils présentaient une altération relative de leur fonction ventriculaire diastolique et de leur fonction vasculaire comme en témoignaient une moindre vélocité tissulaire latérale (14 ± 3 vs 17 ± 3 cm/s ; p = 0,007) et septale (11 ± 2 vs 13 ± 2 cm/s ;  p = 0,009) et une plus grande vélocité de l’onde de pouls  (5,4 ± 0,9 vs 4,8 ± 0,5 m/s ; p = 0,02).

Dans l’ensemble de la cohorte, on a retrouvé une corrélation positive et significative entre l’indice d’apnée/hypopnée et la vélocité de l’onde de pouls (r = 0,42 ; p = 0,008) et une corrélation inverse entre l’indice d’apnée/hypopnée et les vitesses tissulaires moyennées (r = −0,42 ; p = 0,01).

En conclusion, il ressort de cette étude que :

1- La pratique de football américain, même pendant une courte période (quelques mois), est associée à une altération infra-clinique des paramètres de  fonction cardiaque et vasculaire, et notamment, la pression artérielle, la fonction diastolique ventriculaire et la rigidité artérielle ;
2-La prévalence du SAHS est élevée chez ces sportifs et se trouve associée au poids corporel du sujet et à son positionnement sur la ligne de mêlée ;
3- Il existe une corrélation significative entre le SAHS et la relative altération des paramètres de  fonction cardiaque et vasculaire, suggérant qu’il existe un lien entre le SAHS et une mauvaise adaptation du couple ventriculo-artériel.

Il semble donc important de s’efforcer à identifier les jeunes adultes qui ont un SAHS parmi les joueurs de football américain et de leur appliquer les  algorithmes du traitement du SAHS.

Dr Robert Haïat

Référence
Kim JH et coll. : Sleep-Disordered Breathing and Cardiovascular Correlates in College Football Players. Am J Cardiol., 2017; 120: 1410–1415.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article