Passage transplacentaire des anticorps de la Covid-19 : plutôt passable

Des centaines de milliers de femmes enceintes ont été infectées en 2020 par le SARS-CoV-2.

Les femmes enceintes et les nouveau-nés sont particulièrement sensibles aux infections respiratoires telles que la grippe ou l'infection par le virus respiratoire syncytial (RSV), et des études ont montré que les nouveau-nés et les jeunes enfants développaient plus souvent des formes graves de la Covid 19 que les enfants plus âgés.

Les nouveau-nés peuvent habituellement « compter » sur le transfert placentaire des immunoglobulines G (IgG) maternelles. Pour la plupart des agents infectieux, à la naissance, les taux d'IgG du sang du cordon sont supérieurs à ceux du sang maternel, grâce au passage actif de ces immunoglobulines à travers le placenta. Ces anticorps sont transférés par l'intermédiaire d'un récepteur spécifique (FcRn), qui est présent à une forte concentration dans le syncytiotrophoblaste. Le transfert placentaire des IgG débute vers 13 SA et augmente de manière exponentielle au cours de la grossesse, et c'est au-delà de 36 SA que la majorité des IgG sont acquises, le nouveau-né à terme disposant de 120 à 130 % des concentrations maternelles d’IgG.

Des études menées chez les femmes enceintes atteintes du SIDA ou du paludisme ont montré que ces infections réduisaient le transfert placentaire des IgG, et ce de manière non spécifique, quelle que soit l'infection concernée.

Les anticorps du SARS-CoV-2 moins bien transférés aux nouveau-nés que ceux de la grippe ou de la coqueluche

Une étude a permis de comparer les taux des anticorps (AC) de la grippe, de la coqueluche et du SARS-CoV-2 dans le sang maternel et le sang du cordon, chez 22 femmes enceintes infectées par le SARS-CoV-2 (Covid +) et 34 femmes enceintes n’ayant pas contracté l’infection par le SARS-CoV-2 (Covid -), au 3ème trimestre de la grossesse.

Dans le groupe des femmes Covid +, le délai moyen entre l'apparition des symptômes et l'accouchement était de 30,4 j ± 19,8 j.

Aucun nouveau-né n'a été infecté.

Les taux d'AC contre la grippe et la coqueluche étaient plus élevés dans le sang au cordon que dans le sang maternel tant chez les femmes Covid – que chez les femmes Covid +, preuve que le transfert de ces anticorps n'était pas affecté par la Covid.

Pour évaluer le transfert des AC anti SARS-CoV-2 chez les femmes Covid +, on a comparé les taux d’AC spécifiques dirigés contre le domaine de liaison au récepteur (RBD), le spike (S) et la nucléocapside (N). Contrairement a ce que l'on pouvait espérer, les titres des AC spécifiques dirigés contre RDB et S étaient plus faibles dans le sang du cordon que dans le sang maternel, alors que les titres des AC dirigés contre N étaient équivalents ou seulement légèrement inférieurs dans le sang du cordon.

Ce défaut de transfert des AC anti SARS-CoV-2 n'a été retrouvé que lors des infections maternelles survenues au 3ème trimestre de la grossesse.

Cette réduction du transfert placentaire des IgG serait due à des perturbations de la glycosylation des IgG chez les femmes Covid+, certains de ces composants glycosylés étant transférés préférentiellement à d'autres.

Les anticorps transférés sont quand même les plus efficaces pour la protection de l’enfant

L'infection maternelle par le SARS-CoV-2 induit une augmentation des taux d'anticorps maternels ainsi que de leurs récepteurs placentaires, mais malgré des taux de transferts placentaires inférieurs à ceux existant pour d'autres infections, les AC transférés seraient les plus efficaces, tels ceux activant les cellules tueuses (NK), ce qui devrait permettre aux nouveau-nés de se défendre contre l'infection.

Dr Catherine Vicariot

Référence
Atyeo C et coll. : Compromised SARS-CoV-2-specific placental antibody transfer. Cell, 2020 ; publication avancée en ligne le 23 décembre. doi.org/10.1016/j.cell.2020.12.027

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article