Pervers narcissique, un vrai vampire de l’estime de soi

Le pervers narcissique (ou « tueur d’âme » ou « vampire domestique ») est un manipulateur destructeur hors pair. Son mode opératoire est toujours le même. Grand expert du repérage des femmes en quête d’affection et en demande d’amour, il tisse sa toile en faisant croire à sa victime qu’elle est enfin, digne d’être aimée. Il pratique en réalité l’art délicat de la « double contrainte », où le premier message verbal (compliment) est immédiatement annulé par une critique. La victime du pervers narcissique accepte l’inacceptable car elle a été élevée dans la soumission aux injonctions familiales qui stimulaient sa passivité. Sa quête affective infantile ayant été sans retour, elle passera sa vie entière à la poursuivre. Le vampire, lui, enfant longtemps observateur d’une manipulation répétée dans le milieu familial, ou soumis à une colère rentrée, va inconsciemment la répéter et écraser la personnalité de sa victime. Les conséquences chez les femmes victimes sont connus : tristesse, désespoir, véritable dépression, voire augmentation de risque de cancer, en particulier mammaire…

La thérapie de couple étant en général ici un échec, les femmes peuvent s’en sortir par une thérapie brève systémique visant à restaurer leur estime de soi. L’entourage pouvant ne pas comprendre, avoir été séduit ou être de parti pris, un thérapeute neutre et bienveillant est fondamental pour ces femmes. La thérapie consistera donc tout d’abord à faire part à ces femmes de notre bienveillance, notre soutien et notre total engagement. Des explications sur les mécanismes qui ont donné lieu à cette situation sont indispensables. Puis, le moment vient de leur apprendre à neutraliser le « vampire », à leur fournir des armes (dont l’autohypnose vigile) pour s’affirmer et être capable, devant lui, de défendre leurs idées et leurs pensées et sortir de la double contrainte en retournant celle-ci vers l’agresseur. Un rappel à la loi de juillet 2010 sur les violences faites aux femmes les aide souvent à porter plainte. Enfin, on usera de tout notre réseau pour les entourer et les aider au quotidien par des mesures de protection financière, patrimoniale et d’habitation.

Dr Catherine Azoulay

Références
Simon V : Comment repérer un PN dans la vie ordinaire. Transversales (Biarritz) : 28-30 juin 2017.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Une pathologie 100 % masculine ?

    Le 18 juillet 2017

    Article intéressant, mais un peu "dérangeant" qui laisse plus ou moins entendre que le pervers narcissique est toujours un homme. Donc, il s'agirait d'une pathologie 100 % masculine, comme, par exemple, l'adénome de la prostate ? L'auteur(e) pourrait-il (elle) éclairer ma lanterne ? Y a t'il (ou pas) des perverses narcissiques ? Si non, cela "interpelle" quelque peu... Si oui, quel est le ratio hommes/femmes? Merci d'avance de ces précisions.
    Dr Jean-Marc Ferrarini

  • La perversion n'est elle pas relation plutôt qu'identité?

    Le 23 juillet 2017

    Bonjour et merci, Mme Azoulay.

    Vous abordez dans votre article les stratégies d'aide de la victime d'un pervers, merci.
    Mes questions sont:
    - comment faîtes vous pour aider celui qui est considéré comme pervers? Il est malheureusement, pour lui, construit psychiquement d'une certaine manière, et cela indépendamment de son bon vouloir;
    - je regrette un peu que votre article ait une connotation fortement "jugeante" et donc un peu trop "linéaire" à mon goût.

    Merci.

    Dr Karim Chirara
    akc75@hotmail.com

Réagir à cet article