Quelle prévalence de la schizophrénie en Chine continentale?

Malgré l’insuffisance des données pour certaines régions de la Chine, une méta-analyse évalue la prévalence de la schizophrénie dans ce pays où les standards diagnostiques et thérapeutiques convergent désormais avec ceux de l’Occident. Exerçant à l’Université du Guangxi, à Nanning[1] (au sud-est de la Chine), les auteurs ont exploré la littérature médicale consacrée à la prévalence de la schizophrénie en Chine dans les sources d’informations habituelles (PubMed, Embase…) et dans quatre bases de données spécifiques à la Chine (Biological Medical Literature database, Chinese National Knowledge Infrastructure, Chongqing VIP, et Chinese Wang Fang). Publiés en chinois ou en anglais entre janvier 1980 et juillet 2013, les articles comportaient les mots-clefs : « schizophrénie », « prévalence », « trouble psychiatrique », « maladie mentale », « épidémiologie », et bien sûr « Chine. »

Les études concernaient la population globale, et non des populations particulières (détenus, habitants des régions exposées aux séismes, personnes âgées…) et elles devaient faire référence aux critères diagnostiques du DSM ou de la CIM, ce qui confirme que la psychiatrie dans l’Empire du Milieu est bien au diapason du reste du monde. D’un ensemble initial de 6 902 études, les auteurs en retiennent finalement 42, utilisables pour cerner la prévalence globale de la schizophrénie en Chine durant la vie entière (overall lifetime prevalence).

Cette prévalence s’établit à 5,44 pour 1 000 [intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 5,01 à 5,88] et peut varier d’une région à l’autre : elle est ainsi maximale (8,10 à 9,77 pour 1 000) dans les provinces de Guangxi, Shanxi et Gansu. Aucune différence significative n’a été observée pour la prévalence selon le sexe : 5,33 pour 1000 (IC95 de 4,55 à 6,11) chez l’homme et 5,51 pour 1 000 (IC95 de 4,75 à 6,26) chez la femme. En revanche, cette prévalence est plus élevée chez les citadins que chez les habitants des campagnes: OR = 1,20 (IC95 de 1,02 à 1,41). Pour les auteurs, ces résultats se révèlent « compatibles » avec les données internationales à ce sujet.  

Dr Alain Cohen

Référence
Long J et coll.: The prevalence of schizophrenia in mainland China: evidence from epidemiological surveys. Acta Psychiatr Scand, 2014 ; 130: 244–256.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article