Rappel sur les vaccinations pendant la grossesse

L’intérêt des vaccinations pendant la grossesse est devenu manifeste avec le temps, en particulier depuis la pandémie de grippe de 2009. Les vaccins augmentent la concentration des anticorps de la mère, permettant une protection des jeunes nourrissons au moment où ils sont le plus à risque.

Les anticorps de type IgG sont les seuls à franchir le placenta à partir de la 13ème semaine de façon active par endocytose. L’importance de ce transfert augmente avec l’âge gestationnel ; à la fin du 2ème trimestre les concentrations en IgG sont entre 25 % et 50 % des valeurs à terme. Des 4 sous-classes d’IgG, les IgG1 ont la meilleure cinétique de transfert suivis des IgG4, IgG3 et IgG2 de sorte que les vaccins polysaccharidiques pour lesquels la réponse est à prédominance d’IgG2 pourraient apporter une protection moindre que celle conférée par des vaccins conjugués à une protéine qui suscitent la synthèse d’IgG1 et IgG3. L’allaitement maternel est une autre source d’immunoglobulines, de type IgA. Plusieurs études ont identifié des titres d’IgA spécifiques plus élevés après vaccination durant le 3ème trimestre en comparaison des mères non vaccinées.

Trois vaccins recommandés et d’autres en phase de développement

Trois vaccins sont recommandés. Le vaccin antitétanique a joué un rôle majeur dans la réduction du tétanos néonatal ; 5 doses pendant la vie sont nécessaires pour une protection maximale. Le vaccin anti-influenza est justifié par le fait que les femmes enceintes sont particulièrement sensibles aux complications de la grippe et doivent être vaccinées à chaque grossesse. De surcroît, le nourrisson acquiert une certaine protection. Le vaccin anti-coqueluche est recommandé en raison d’une recrudescence de coqueluche à tous les âges et particulièrement avant 3 mois, âge le plus à risque de morbidité et mortalité. Il doit être répété à chaque grossesse et il est en règle administré avec le vaccin antitétanique et antidiphtérique du fait de l’absence de formes monovalentes.

D’autres vaccins sont en cours d’évaluation. Le vaccin contre les streptocoques B (SB) basé sur la capsule polysaccharidique (CPS) s’est avéré d’immunogénicité variable. Les recherches actuelles s’orientent vers des vaccins dont les antigènes conjugués sont la CPS, les protéines du SB et pour certains, la toxine conjuguée tétanique ou diphtérique. Des vaccins contre le virus respiratoire syncitial sont en cours de développement. Les recherches sur un vaccin anti-CMV se heurtent aux connaissances incomplètes sur les modes de transmission du virus au fœtus.

La sécurité des vaccinations pendant la grossesse est un point essentiel. Elle est établie pour le tétanos, la grippe et la coqueluche. Pour les vaccins en cours de développement, les difficultés d’évaluation viennent de la nécessité de distinguer les effets secondaires d’un vaccin des complications de la grossesse, d’harmoniser le recueil des données et de réunir suffisamment de cas pour obtenir une signification statistique.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Jones CE et coll. : Vaccination in pregnancy—Recent developments. Pediatr infect Dis J., 2018; 37: 191-193

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article